Ligne de temps

« Eau » secours, ma luzerne ne pousse pas !!!

*Je suis certaine qu’avec les belles journées chaudes des derniers jours, si vous pouviez arroser vos prairies comme on le fait avec nos jardins, vous seriez prêts à le faire!  Les plantes fourragères ont soif et le rendement n’est pas souvent au rendez-vous.  La plupart des implantations de ce printemps ont de la difficulté à dépasser les mauvaises herbes ou ne poussent pas égales.  Il est évident que le manque d’eau des derniers jours est le principal facteur qui nuit au rendement et à la qualité des fourrages mais voici quelques points afin d’aider vos prairies à vous en donner plus.

  • Appliquer de la chaux. La moins cher (quand même normée BNQ) que vous pouvez trouver mais mettez-en!  Même si votre pH est proche de 7.  Même si c’est un champ loué.  Même si ça ne semble pas pousser.  Même si…  Avec une dose d’entretien de 1 tonne\acre, vous obtiendrez de nombreux avantages: une amélioration de la croissance des racines, une meilleure décomposition des résidus de récolte, la création de conditions idéales pour le développement des nodules sur les racines des légumineuses, une amélioration de la structure du sol et une plus grande efficacité des engrais minéraux.
  • Lorsque la chaux sera mise et que la pluie sera au rendez-vous, une fertilisation équilibrée avec du bore sera un atout pour les champs à prédominance de légumineuses. Le bore sert à la translocation des sucres dans la plante.  De 1 à 2 kg\ha mélangé avec de la potasse par exemple suffit pour contrer les carences qui surviennent habituellement dans les périodes de sécheresse, surtout dans les sols qui s’assèchent rapidement. Un manque de bore peut compromettre gravement la croissance de la luzerne et même nuire à sa résistance à l’hiver.
  • Hausser la hauteur de coupe. Les fauches à une hauteur d’environ 4 pouces permettent aux espèces fourragères de restaurer leurs réserves nutritives et de repousser avec vigueur.  Trop de champs de luzerne sont coupés trop bas…
  • Retourner voir vos champs après la pluie et avoir suivis au moins 1 des conseils nommés ci-dessus. Vous m’en donnerez des nouvelles!

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Articles récents de Brigitte Lapierre

Commentaires