C’est quoi ça!

Certains champs de luzerne abrittent des indérisables mais une bonne identification est nécessaire pour apporter les bonnes solutions

Dommages causés par des pucerons dans la luzerne.

*La semaine dernière je me suis promenée dans des parcelles de variétés de luzerne semées au printemps 2021 pour remarquer rapidement qu’il y avait quelque chose qui clochait…  Je me suis penchée pour regarder de plus près (l’âge et le port de lunettes obligatoire pour voir de proche ne m’aidant pas pour comprendre ce qui se passe réellement en restant debout).  Mais, c’est quoi ça? Ah non! Des petits insectes verts dans mes jeunes pousses de luzerne! GRRR!

J’ai pensé tout de suite : c’est de la cicadelle de la pomme de terre vu que l’an passé de nombreuses implantations avaient subi des dommages! Dans le cas présent, c’était bien ça, mais il ne faut pas confondre les cicadelles de la pomme de terre avec les pucerons, qui sont également présents en grand nombre dans certains champs.

Les cicadelles sautent et volent lorsque vous marchez dans un champ de luzerne, ce que ne font pas les pucerons. Les cicadelles sont présentes partout sur le plant, les pucerons sont moins mobiles et ont tendance à coller près de la tige, généralement sur la partie supérieure de la plante. Les cicadelles sont vert lime et de forme allongée tandis que les pucerons sont plutôt en forme de ballon de football.  Dans les deux cas, le dépistage est nécessaire et doit se faire à l’aide d’un filet fauchoir. La cicadelle préfère de loin les jeunes plants de luzerne.  Des plants jaunes, rabougris et avec un V au bout des feuilles sont les premiers symptômes de dommage que vous pourriez observer.  La cicadelle est un insecte piqueur; elle injecte par le fait même une toxine qui limite la circulation des nutriments dans les feuilles.  La meilleure stratégie de lutte demeure de devancer la coupe et de surveiller par la suite les populations. Si les populations ne cessent d’augmenter, il est possible de procéder à un arrosage. Les conséquences de ne pas contrôler cet insecte sont une perte économique au niveau du rendement et un ralentissement du développement des racines pouvant occasionner une mortalité hivernale plus grande. 

En suivant le lien suivant, vous y trouverez beaucoup d’informations provenant du MAAARO (le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario) : Dépistage de la cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne (gov.on.ca)

Il y a aussi le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) du Québec qui transmet des données sur l’évolution des populations d’insectes: Grandes cultures, Avertissement No 8, 18 juin 2021 | Grandes cultures - Agri-Réseau | Documents (agrireseau.net)

La cicadelle a aussi fait l'objet d'une fiche d'information du RAP.

Photo : MAAARO

Quant aux pucerons, il est inhabituel qu’ils soient un problème économique (causant des pertes de rendement et/ou de qualité dans la luzerne) au Québec. Les seuils d’intervention pour les pucerons sont donc beaucoup plus élevés que pour la cicadelle. Voici un extrait de la publication 30 du MAAARO (Production fourragère) :

« Le seuil change avec la hauteur de la luzerne. Lorsque la luzerne mesure moins de 25 cm (10 po), le seuil est de 30 à 50 pucerons par tige. Entre 25-50 cm (10-20 po), le seuil est de 50-75 pucerons par tige. Si la luzerne mesure plus de 50 cm (20 po), le seuil est de 100 pucerons par tige. Si des cicadelles de la pomme de terre sont également présentes sur le terrain, prenez des décisions en matière de pulvérisation en fonction des populations de cicadelles plutôt que des pucerons.

Vous remarquerez que nous parlons de compter les pucerons sur les tiges - vous pouvez le faire car ils ne sont pas mobiles. L’approche de dépistage habituel s’applique - suivez un modèle W sur le terrain en faisant des comptages à des points aléatoires sur le W et faites la moyenne de vos comptes.

Si les seuils d’intervention sont atteints, vous devriez couper la récolte plut tôt. La plupart des produits étiquetés pour la lutte contre la cicadelle fonctionneront sur les pucerons, mais l’utilisation d’insecticide pour lutter contre les pucerons devrait vraiment être un traitement de dernier recours, car la pulvérisation tuera d’autres insectes bénéfiques.

Et maintenant, à vos lunettes et à vos filets!

Collaboration: Jay Hackney, MSc., agr. | Trait Stewardship Lead | Forage Genetics International

* Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires