Établir votre luzerne…en intercalaire dans le maïs ensilage

*Selon des études faites au centre de recherche sur les fourrages près de Prairie du Sac, au Wisconsin, il s’avère que semer de la luzerne en intercalaire dans le maïs ensilage a pour effet d’augmenter les rendements de la luzerne, tout en réduisant considérablement la perte de sol de 80%, les pertes d’azote de 70% et les pertes de phosphore de 60 à 80%.

La luzerne semée au printemps ne produira que 6 tonnes/hectare de matière sèche lors de sa 1ère année de production comparativement à 12 tonnes/hectare pour la luzerne intercalée dans le maïs.

Un problème majeur avec l’ensilage de maïs est qu’il reste peu ou pas de couverture végétale après la récolte. Donc, semer de la luzerne intercalée est une méthode très économique puisqu’elle sert de culture de couverture en plus d’aider à éponger le nitrate supplémentaire qui reste après la récolte du maïs.

Dans le système intercalaire, le maïs et la luzerne sont semés à peu près en même temps. Une fois le maïs récolté, l’objectif est d’avoir un bon peuplement de luzerne pour couvrir le sol à l’automne et en hiver, afin que la luzerne soit rapidement en pleine production au printemps suivant.

Voici les 4 étapes à suivre pour obtenir un bon établissement de luzerne :

  1. Sélectionnez un champ très bien drainé adapté à la production de luzerne.
  2. Semez la luzerne en intercalaire peu de temps après la plantation du maïs (maximum stade V2), sinon le maïs fera trop d’ombrage à la luzerne. Assurez-vous que le lit de semence est ferme et que la luzerne est semée à la bonne profondeur.
  3. L’application de produits de protection des cultures, tels qu’un fongicide et un insecticide, sur les semis de luzerne sont recommandés pour garantir que le plant de luzerne aura un très bon système racinaire et qu’il ne sera pas infesté de champignons ou d’insectes.
  4. Utilisez des variétés de luzerne intercalées bien adaptées à la croissance sous le maïs qui développeront rapidement leurs racines. Le champ doit avoir également un bon historique de lutte contre les mauvaises herbes, en particulier des graminées annuelles d’été.

Rendement observés du maïs ensilage

Les recherches montrent que certaines années, il y a peu ou pas de baisse de rendement du maïs avec un semis de luzerne en intercalaire. D’autres années, le semis de luzerne a causé une baisse de rendement de 5%  du maïs ensilage, due à son retard de développement.

Au début du printemps, il fait frais et le maïs a du mal à démarrer, mais ce sont de bonnes conditions pour la luzerne. La luzerne a donc tendance à être assez compétitive avec le maïs et cette concurrence peut entraîner une réduction du rendement du maïs. Le maïs semé plus tard est plus compétitif que la luzerne et peut être moins sensible à la perte de rendement. Donc, favorisez l’utilisation d’hybrides de maïs fourrager plus hâtifs qui seront récoltés une à deux semaines plus tôt.

Un autre facteur est la gestion des fertilisants du maïs. La luzerne intercalée est en concurrence avec le maïs pour l’azote et d’autres nutriments du sol. Il est donc important d’appliquer suffisamment d’azote, dans la fourchette du haut des recommandations, pour maximiser le rendement du maïs intercalé avec la luzerne.

En conclusion, une chose importante à retenir est que si vous avez un printemps extrêmement sec, la luzerne germera de manière inégale ou rivalisera excessivement avec le maïs pour l’humidité du sol. Dans de telles conditions, les producteurs devraient renoncer à cette pratique pour y aller avec un semis conventionnel de luzerne.

Source: Agweb.com et Dairyherd.com

PS: Selon les études mentionnées, la luzerne ne serait récoltée en ensilage que l’année suivante puisque le maïs ensilage est récolté en septembre et que la luzerne a besoin de toutes ses réserves pour passer l’hiver. À moins d’avoir absolument besoin de cette récolte, il serait préférable d’attendre un gel mortel avant de la faucher mais ce n’est pas recommandé, surtout lors de son implantation.

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires