La première banque génétique d’abeilles voit le jour

Le département américain de l’Agriculture (USDA) a entrepris la délicate tâche de mettre sur pied une banque de gènes consacrée à l’abeille afin de protéger son bagage génétique. Les populations d’abeilles déclinent en effet un peu partout sur la planète et des chercheurs de Fargo au Dakota du Nord ont entrepris d’utiliser la cryogénie pour stocker des embryons et du sperme d’abeille. Les abeilles seraient la seule espèce domestiquée qui n’aurait pas encore de banque de sperme ou de dépôt consacré à la conservation de ses gènes.

Les embryons d’abeilles sont de la taille d’un point dans un message texte. Pour les préserver, ils subissent une opération délicate visant à éliminer l’eau des cellules avant d’être refroidi à -250 degrés Fahrenheit, un processus appelé vitrification. Les embryons sont ensuite entreposés dans de l’azote liquide à -320 Fahrenheit où ils peuvent être conservés pendant de longues périodes de temps aux installations de dépôt cryogénique du USDA au Colorado.

Le chercheur en chef estime qu’il lui faudra trois ans pour apprendre toutes les subtilités de la préservation des embryons. L’opération visant à les préserver doit à l’intérieur de 40 minutes alors qu’ils ont trois jours d’existence.

Le centre de recherche de Fargo vise éventuellement à construire une banque de gènes qui permettra de prendre un embryon du dépôt pour en faire ensuite une reine, l’inséminer avec du sperme préservé par cryogénie et démarrer une colonie.
D’autres chercheurs du USDA en Louisiane se penchent entretemps sur quelles lignées génétiques à conserver.

La recherche sur les abeilles est difficile puisque que ce sont des insectes dont la durée de vie est courte. Beaucoup d’efforts sont donc consacrés à maintenir en vie les insectes, ce qui réduit d’autant le temps de recherche qui peut leur être consacré.

Source: Agweek

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires