Le blé a toujours la cote en Europe

Selon Strategie Grains, les producteurs de céréales ont l’intention de semer autant de blé l’an prochain qu’ils l’on fait cette année. Les prévisions d’ensemencement seraient en effet stables, selon une première estimation pour les pays de l’Union Européenne. Elles diminueraient en fait un peu en ce qui consiste le blé dur avec une diminution totale de 300 000 hectares à PUBLICITÉ

">56,6 millions d’hectares. Les chiffres reflètent également les prévisions faites par le Conseil International des grains.

Les prévisions de rendement pour 2016-17 ont pour leur part été réduit encore la semaine dernière. Le total a été abaissé de 600 000 tonnes à 135,8 millions de tonnes. Il s’agit d’un chiffre inférieur de 15,5 millions de tonnes inférieur à la récolte de l’an dernier.

La France, qui est le principal producteur en Europe, a le plus écopé des récoltes rendues difficiles par la pluie. Les autres pays affectés sont lPUBLICITÉ

">a Pologne et le Royaume-Uni. Le rendement total a toutefois été compensé par des récoltes meilleures que prévue en Allemagne, en Hongrie et en Espagne.

La diminution de la production se traduit par une prévision plus faible pour les exportations de l’UE en 2016-17. Elles ont été réduites de 360 000 tonnes à 23,4 millions de tonnes, pour une baisse de 28% sur un an. Les exportations de blé français en dehors de l’UE se sont située à 4,9 millions de tonnes, soit une baisse de plus de 60% sur un an.