Ligne de temps

Le blé d’hiver à son plus mal depuis 2006

Le blé d’hiver a vu son niveau de qualité chuter dans la dernière semaine, selon le dernier rapport du département américain de l’Agriculture. Seulement 14% des cultures sont jugées être en bonnes ou excellentes conditions. Il faut reculer en 2006 pour trouver le blé en situation aussi précaire qu’il l’est présentement.

Le responsable de la situation est le manque de précipitation qui affecte le centre des États-Unis, le nord du Mexique, ainsi que les Prairies canadiennes. La pluie reçue dans les derniers mois est en deçà des normales dans les régions centrales américaines, tout comme dans les États du sud. C’est le cas pour le Kansas, l’Oklahoma et le Texas, où l’effet de la Nina se fait sentir. La pluie qui devrait tomber à cette période de l’année est dirigée plus au nord et au sud sur les zones côtières. Des régions n’ont enregistré que la moitié des précipitations normales pour la période de 90 jours, alors que pour d’autres, ce chiffre est aussi bas que 15%.

Zones de sécheresse et de cultures du blé.
Source: USDA

La sécheresse du Nord-Ouest des États-Unis et des Prairies a débuté l’été dernier, surtout en Saskatchewan et dans les deux Dakota. Le déficit en pluie est de 60% dans les Prairies. La neige était absente durant les deniers épisodes de grand froid de décembre et janvier, ce qui augmente le potentiel de dommage sur les plants et les perspectives de baisse de rendement.

Sécheresse dans les Prairies.
Source: World Grain

Selon World Weather, les pronostics sont plutôt pessimistes dans les Prairies avec peu de précipitations pour la première partie du printemps, ce qui augure mal pour le début des semis.

Source: World Grain

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires