Les pesticides moins en demande au Québec

Les ventes totales de pesticides au Québec ont diminué de 2,5% en 2016, selon le ministère de l’Environnement. En tenant compte des ingrédients actifs, les quantités vendues se sont situées à 4,17 millions de kilogrammes. S’il s’agit d’une baisse par rapport à 2015, les quantités vendues ont augmenté de 3,2% depuis le début de la compilation des données, soit depuis 1992.

Les ventes pour le secteur agricole représentent 82% des ventes totales dans la province à 3,42 millions de kilogrammes d’ingrédients actifs. Les pesticides en milieu agricoles comprennent les pesticides pour la production végétale et celles pour une utilisation sur le bétail et dans les bâtiments agricoles.

Dans le secteur agricole, les ventes d’herbicides viennent au premier rang des ventes de pesticides utilisés avec 68%. Les fongicides et les insecticides suivent avec respectivement 13,4% et 10,0% des ventes.

L’indice de pression à l’hectare est passé de 2,02 à 1,86 kg i.a. à l’hectare entre 2015 et 2016. Pour cette même période, les superficies totales en culture ont diminué de 0,5 %, et les ventes de pesticides agricoles ont diminué de 8,0 % , ce qui explique la diminution de l’indice de pression à l’hectare, indique le ministère. Les indicateurs de risque des pesticides du secteur agricole sont exprimés par rapport à la moyenne de la période de référence 2006-2008. En 2016, l’indicateur de risque pour l’environnement et celui pour la santé ont diminué respectivement de 2 % et de 8 % par rapport à cette période de référence, mais sont moins élevés qu’en 2014.

Le milieu urbain regroupe les ventes de pesticides à usage domestique (produits destinés aux particuliers) ainsi que les ventes destinées à l’entretien des espaces verts aménagés (résidentiels, commerciaux et terrains de golf) et à la gestion parasitaire (extermination). Les ventes de pesticides pour le milieu urbain représentent 12,2 % des ventes totales, soit 507 856 kg i.a. ce qui correspond à une augmentation des ventes de 51 % par rapport à 2015. Cette variation est attribuable à une augmentation des ventes de pesticides à usage domestique (76,1 %) et particulièrement à la vente d’un bioherbicide, la farine de gluten de maïs. Les biopesticides à usage domestique représentent 74,8 % des ventes domestiques totales. Les pesticides vendus pour la gestion parasitaire ont augmenté de 80 % durant cette période. Le changement du bromure de méthyle par le fluorure de sulfuryle utilisé en plus grande quantité pour un même usage explique cette augmentation. Les ventes de pesticides destinés à l’entretien des espaces verts ont diminué de 3,2 % entre 2015 et 2016.

Source: Ministère du Développement durable, Environnement et Lutte contre les changements climatiques

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires