Semis de maïs : Les conseils de base toujours de mise

Jeudi matin, 19 avril. À peine six degrés en Montérégie, loin de la normale des 10 à 15 °C pour ce temps-ci de l’année. Heureusement, les météorologues annoncent enfin de la chaleur pour la prochaine semaine.

Certains producteurs pourraient être tentés de prendre une chance et semer dans un sol un peu plus froid que recommandé, soit 10 °C, afin d’être sûr de respecter les dates de semis de la Financière du 10 mai. Une mauvaise idée selon deux agronomes interrogés sur la question.

« Il faut respecter les 10 °C au sol pour mettre les meilleures chances de son côté », indique Cynthia Lajoie de Pionner. « Y a pas de médaille pour le premier à entrer dans le champ. L’important, c’est le rendement. À cette date-ci (19 avril), on n’est pas en retard. Il reste encore du temps d’ici le 10 mai pour faire les semis », affirme François Labrie, spécialiste maïs et soya à La Coop fédérée.

Un semis précoce aux alentours de 6 à 7 °C de température du sol pourrait être possible, à condition que les prévisions à court terme, soit dans les 72 heures, soient favorables. On parle ici de temps chaud, ou de réchauffement des températures. Il faut surtout éviter de semer avant des prévisions de front froid apportant une pluie froide qui serait catastrophique pour la semence de maïs, surtout en avril. « La germination sera diminuée par l’eau froide. La levée sera inégale et le germe va se développer un peu tout croche, ce qui va donner par exemple des plants qui se développent en spirale », explique Mme Lajoie. M.

Labrie rappelle que les semis de 2016 ont été suivis par du temps froid, ce qui a nui à la levée dans les champs. « Les semis ne sont pas une corvée. Il faut prendre le temps de bien les faire. Ce qu’il faut regarder, c’est la température, pas le calendrier ».

Pour l’expert de La Coop, il faut respecter le principe agronomique de base, soit à savoir si le sol est prêt à recevoir la semence. Est-que la portance est bonne, l’égouttement se fait bien, la température est adéquate ? «Le sol nous parle. Il faut écouter. Sinon, on part avec deux prises ».

Commentaires