Un Québécois à la tête de l’Association canadienne du commerce des semences

Georges Chaussé a été élu président lors de l’assemblée annuelle de l’Association qui s’est tenue à Whistler en Colombie-Britannique, du 7 au 10 juillet dernier

À l’ère où l’industrie du commerce des semences vit de véritables changements, prendre la présidence de l’Association canadienne du commerce des semences (ACCS) comporte un défi de taille. C’est avec confiance et conviction que Georges Chaussé devient le 68e président de l’Association.

Étant membre de l’ACCS depuis 1999 et  siégeant sur le conseil d’administration  depuis 2013, Georges Chaussé n’est pas en terrain inconnu. D’autant plus que l’industrie des semences, il la connaît, disons que la pomme n’est pas tombé bien loin de l’arbre puisque son père était producteur de semences. Il a lui-même été producteur de semences, puis depuis 25 ans il est impliqué de près ou de loin dans l’industrie. Aujourd’hui directeur principal semences  pour Sollio Agriculture, il a aussi été président de l’Association des marchands de semences du Québec de 2007 jusqu’en mars dernier.

Reconnu comme étant un bon négociateur et un homme rassembleur, le nouveau président compte utiliser ses atouts au profit de l’ACCS. « En tant que président, je veux réussir à convaincre les gens à s’impliquer, à créer des opportunités », affirme-t-il.  Il insiste notamment sur  la participation de tous les joueurs de l’industrie, d’un océan à l’autre. « Il y a une voix de l’Ouest qui est très forte. C’est important que les gens de l’Est soient représentés pour faire entendre leur voix », soutient-il.

Conscient que le secteur des semences connaît un vent de changement en termes de technologie, de réglementation et d’économie, il y a selon lui un besoin criant de s’adapter. Le projet Collaboration Synergie des semences en  est un  bon exemple. Élaboré afin de développer des recommandations et une vision pour le système de semences de prochaine génération, le projet regroupe six grands joueurs nationaux de l’industrie des semences : l’Association canadienne des producteurs de semences (ACPS), l’Association canadienne du commerce des semences (ACCS), l’Institut canadien des semences (ICS), l’Association des analystes de semences commerciales du Canada (AASCC), la Canadian Plant Technology Agency (CPTA) et CropLife Canada.

Georges Chaussé est animé par la vision de bâtir un modèle rassembleur qui servira les intérêts de tout le secteur des semences. « Il faut créer une structure organisationnelle où les intérêts de tout le monde seront bien couverts », affirme-t-il. La création d’une seule organisation regroupant les associations mentionnées ci-dessus est selon lui une partie de la solution. Ce sera d’ailleurs l’un de ses défis à relever en tant que président de l’ACCS, mais il se dit bien entouré pour y arriver et il est confiant que d’ici un an une structure organisationnelle sera présentée au gouvernement. D’ailleurs, il perçoit une ouverture de la part des autorités gouvernementales et il est d’avis qu’il est grand temps de faire aboutir les discussions et de profiter de l’occasion pour ouvrir de nouvelles perspectives pour le monde des semences.

à propos de l'auteur

Commentaires