Une dernière coupe de foin?

Avec l’été sec que nous venons de connaître, certains éleveurs bovins n’ont pas pu récolter autant de foin qu’ils le souhaitaient. La tentation d’y aller d’une dernière coupe cet automne est forte. Attention! Cela pourrait avoir des conséquences néfastes sur la saison 2013.

Dans le dernier numéro de CropPest Ontario, le spécialiste des plantes fourragères Joel Bagg prévient les producteurs des dangers d’une coupe pendant la « période critique de récolte automnale », qui correspond à six semaines avant la date moyenne d’un gel mortel.

Dans toutes les régions du Québec, nous sommes déjà dans cette période critique. La luzerne a besoin de 450 degrés-jours, ou environ six semaines, pour repousser et refaire ses réserves dans ses racines suffisamment pour survivre à l’hiver et démarrer agressivement au printemps.

D’après Joel Bagg, un facteur important derrière une première coupe décevante est souvent une coupe tardive à l’automne. Rappelons-nous que cette année particulièrement, beaucoup de luzernières ont très mal survécu à l’hiver.

Lorsqu’elle est coupée, la luzerne se sert d’abord de ses réserves dans ses racines pour repousser. Plus tard, elle refait ses réserves à l’aide de la photosynthèse. Si elle n’a pas le temps de rebâtir ses réserves avant le premier gel mortel de l’automne, elle pourrait ne pas survivre à l’hiver.

Si vous tenez à récolter pendant la période critique de récolte automnale, vaut mieux le faire au début de cette période ou à la toute fin, plutôt qu’en plein milieu, suggère Joel Bagg.

En récoltant quelques jours avant le premier gel, on atténue le risque que la luzerne ne survive pas à l’hiver, sans toutefois éliminer ce risque. Comme il y aura peu de repousse, les réserves des racines diminueront peu. Pour qu’il y ait suffisamment de tige pour retenir la neige au sol, il est recommandé de faucher à six pouces du sol. Cette pratique devrait se limiter aux champs en bonne condition (bon drainage, bonne fertilité, peuplement et masse racinaire en santé).

Une fauche pendant l’automne n’entraînera pas nécessairement une plus faible survie à l’hiver. Toutefois, la recherche démontre que le rendement sacrifié en ne récoltant pas durant la période critique de récolte automnale est habituellement récupéré dans la première coupe l’année suivante.

CropPest Ontario, septembre 2012 (PDF – en anglais)

Commentaires