Attention aux vaches agressives!

Dans une publication récente sur Facebook, Pierre Desranleau, directeur division bovins de boucherie au Centre d’insémination artificielle du Québec, se demande “pourquoi tolérons-nous les vaches agressives ?” Voilà une bonne question qui a soulevé plusieurs commentaires.

Voici ce que Pierre Desranleau a écrit:

«Pourquoi tolérons-nous les vaches agressives ?

Un sondage effectué il y a quelques années dans l’Ouest canadien auprès de 168 éleveurs possédant collectivement 33 600 têtes a révélé que malgré le fait que seulement 6% des vaches pouvaient être qualifiées de dangereuses (en présence d’un veau nouveau-né), celles-ci se retrouvaient tout de même réparties dans 76% des entreprises sondées. Mais il y a pire :

– 37% des éleveurs interrogés (62) ont avoué avoir déjà été blessés intentionnellement par une vache lors du vêlage;

– seulement 53% de ceux qui ont été attaqués (33) se sont débarrassés de l’animal fautif;

– les autres ont choisi de ne pas le faire en soulignant des circonstances particulières («c’est ma faute, je n’ai pas été assez prudent») ou le fait que la vache en question était une bonne éleveuse.

Considérant que sur une période récente de 15 ans on dénombre 23 personnes tuées au Canada par des vaches de boucherie, il est pertinent de rappeler certains concepts de base que la majorité d’entre vous connaissez déjà :

– avec son héritabilité de 40%, le tempérament est l’un des caractères les plus héréditaires … encore plus facile à améliorer que le poids au sevrage (30%) ou l’aptitude laitière (25%) !

– pour cette raison, on ne devrait jamais garder pour l’élevage les filles de vaches nerveuses ou agressives;

– un EPD très facile à interpréter pour la docilité existe dans les races Angus et Limousin (ex. un taureau à +20 vous donnera 15% plus de progéniture docile qu’un taureau à + 5);

– enfin, des recherches menées par Temple Grandin (Université du Colorado) ont établi un lien entre la position des rosettes faciales et le tempérament des bovins. Des rosettes situées au-dessus de la ligne des yeux sont ainsi le plus souvent associées à des animaux nerveux et agités alors que lorsqu’elles sont situées entre les yeux ou plus bas, l’animal est habituellement plus calme. À titre d’exemple, la photo ci-jointe montre une fille de AN30313 CAPITAIN dont la rosette est située sous la ligne des yeux, signe d’un bon tempérament.»


Les commentaires des producteurs étaient variés allant du fait qu’il s’agit souvent d’une vache qui donne un veau à chaque fois, donc on la garde, au fait qu’elles ne sont pas tolérées dans le troupeau, donc c’est le critère numéro un de sélection. Et vous, que faites-vous avec les vaches agressives?

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires