En meilleure santé les grandes vaches laitières?

La race Holstein d’Amérique du Nord a été sélectionnée pendant de nombreuses années afin d’améliorer la grosseur et la stature des vaches. Cette situation a entraîné un accroissement rapide du poids et de la hauteur des animaux, car ces deux caractères sont hautement héritables et rapides à améliorer.

Au Canada, durant les 25 dernières années, le poids des vaches a augmenté de plus de 100 kg et la stature s’est accrue encore plus rapidement. L’association Holstein du Canada vise actuellement une stature optimale pour les vaches en première lactation et une emphase réduite sur la grosseur. Selon les données du réseau laitier canadien, la stature aurait une relation légèrement négative avec la longévité des vaches. Pourtant, de nombreux éleveurs continuent d’affectionner les grosses et grandes vaches en raison de leur appréciation dans les expositions et par les sélectionneurs de vaches à taureaux. Ainsi, ils poursuivent l’amélioration de ces deux traits de caractère dans leur élevage.

Cette question de grosseur et de stature des Holstein a intéressé également nos voisins du Sud. Ainsi, les chercheurs de l’Université du Minnesota ont développé, à partir de 1966, deux lignées de vaches Holstein, l’une de petit format et l’autre de grand format. Celles-ci étaient logées en stabulation entravée. Pour maintenir les deux grosseurs de vaches, la lignée de grosses vaches était accouplée avec les trois meilleurs taureaux pour la grosseur tandis que les plus petites étaient saillies avec les trois taureaux les plus faibles pour ce caractère. De plus, pour être sélectionnés, les taureaux devaient aussi être parmi les 50 % meilleurs pour la production laitière.

20140114 grosse vache

Cette stratégie a été fructueuse, car la lignée de grosses vaches, au troisième vêlage, pesait 95 kg de plus que les petites vaches et mesurait 7,4 cm (3 pouces) de plus en hauteur que ces dernières (voir le tableau).

Entre 1986 et 1990, les chercheurs ont observé une petite augmentation des frais vétérinaires se situant à 5,69$ par lactation pour la lignée de grosses vaches comparativement à la lignée de petites vaches. Cependant, cette différence a augmenté considérablement entre 1996 et 2000 pour atteindre un montant de 23,85 $ par lactation, indiquant que les grosses vaches avaient plus de problèmes de santé que les petites. Ces coûts de santé plus élevés s’expliquaient par un plus haut taux d’incidence de déplacement de caillette, de problèmes de locomotion, de pneumonie et de problèmes reliés au système mammaire autres que les mammites.

Tel que démontré au tableau, le nombre de petites vaches pour les trois parités était plus grand dans les dernières années du projet que le nombre de grosses vaches. Cette situation s’explique par le fait que le taux de réforme des grosses vaches était plus élevé que la lignée des petites, en raison des problèmes de maladie accrue chez ce groupe. Curieusement, les chercheurs n’ont pas observé de différence entre les deux lignées de vaches pour la production laitière annuelle, indiquant que les grosses vaches coûtaient plus cher à alimenter par hl de lait que les petites.

Article d’Alain Fournier

Source: Journal of Dairy Science

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires