Grosse année d’investissements pour les grands troupeaux laitiers

Le Rendez-vous d’expertise sur les fermes de 100 vaches et plus a présenté les résultats de la dernière année

Les 155 fermes de 100 vaches et plus faisant partie de l’analyse de groupe comparative ont beaucoup investi durant la dernière année étudiée, soit 2017. «Il y a eu des constructions d’étable, des agrandissements, des rénovations, mais aussi des achats de quota en plus de celui qui a été donné», explique la conseillère en gestion agricole Stéphanie Brazeau, du Groupe ProConseil. «Dans les prochaines années, on s’attend à ce qu’elles produisent plus.»

Les résultats ont été présentés lors du Rendez-vous d’expertise sur les fermes de 100 vaches et plus du 11 au 13 décembre 2018. L’événement était organisé par Via Pôle d’expertise en services-conseils agricoles, en collaboration avec Groupe ProConseil et Valacta.

Articles connexes

étable technologie

C’était la première fois que l’événement se tenait sur trois jours, explique la directrice générale de Via Pôle d’expertise en services-conseils, Catherine Machado. Une journée était entièrement dédiée aux fermes ayant des robots de traite. L’événement était l’occasion de connaître les analyses de performances des grands troupeaux, mais aussi de visiter des fermes de la région. L’événement a regroupé un total de 247 personnes différentes, dont 119 la première journée, 165 la deuxième et 137 la troisième.

Portrait

Les 155 fermes de 100 vaches et plus faisant partie de l’analyse comparative produisent 181 kg de matière grasse avec 162 vaches, incluant les taries. Ce groupe a été comparé aux 495 entreprises laitières du logiciel Agritel qui ont produit 64 kg de matière grasses avec 61 vaches, incluant les taries. Toutes les entreprises retenues dans le groupe des grands troupeaux et le groupe témoin étaient celles ayant un minimum de 60% de leur revenu qui provenait de la production laitière.

Dans les grands troupeaux, les superficies sont aussi plus grandes, 170 hectares, contre 114 hectares dans le groupe témoin. « Entre 2013 et 2017, nous avons vu une augmentation des superficies de 15 à 18%, explique Stéphanie Brazeau. Donc, il y a achat de terre à la fois pour nourrir le troupeau, mais aussi pour une opportunité d’affaire. »

Groupe de tête

Le Groupe ProConseil a formé deux sous-groupes, celui des 20% meilleurs, le groupe de tête, et celui des 250 vaches et plus. Le groupe de tête regroupe 31 troupeaux et celui des 250 vaches et plus regroupe 18 entreprises.

Les entreprises du groupe de tête produisent une moyenne de 251 kg de matière grasse par jour avec 220 vaches, taries inclues. « Ces entreprises se démarquent par leur efficacité », explique Stéphanie Brazeau. N’ayant pas nécessairement plus de paiements en pourcentage de leur chiffre d’affaires, ces entreprises réussissent à obtenir de meilleures marges de manœuvre grâce à leur efficacité générée.

«L’alimentation, c’est le gros morceau des dépenses, explique l’agronome. Le groupe de tête travaille plus afin de trouver le meilleur équilibre entre production et coût d’alimentation.» Tout cela avec des frais fixes similaires par rapport au revenu brut. La rémunération du travail totale est similaire.

Économie d’échelle?

Certains pourraient penser que les plus grandes entreprises sont plus performantes grâce à une économie d’échelle. Eh bien, non. « Les 18 entreprises de 250 vaches et plus ne font pas nécessairement partie du groupe de tête », explique Stéphanie Brazeau. «Elle réussissent tout de même à se démarquer par rapport à la moyenne avec de meilleurs résultats globaux.»

«L’alimentation demeure le poste de dépenses le plus important en production laitière et nécessite une attention particulière », ajoute-t-elle. Une mise en garde cependant : cela ne veut pas dire de couper sur le coût d’alimentation. C’est la marge, donc la différence entre le revenu et la dépense, qui compte.

Le Rendez-vous d’expertise sur les fermes de 100 vaches et plus change de région chaque année. Il est encore trop tôt pour savoir dans quelle région se tiendra la 10édition qui, encore une fois, aura lieu à la fin de l’année 2019.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires