Il manque d’ingénieurs spécialisés en bâtiments agricoles

Depuis trois ans, il n’y a plus de professeur universitaire spécialisé en bâtiment agricole au Québec. Cette situation sera bientôt corrigée par la mise sur pied d’une nouvelle Chaire de leadership en enseignement des bâtiments agricoles durables qui verra le jour en septembre à l’Université Laval.

Selon le chercheur postdoctoral et initiateur Sébastien Fournel, cette situation est importante dans le contexte où les bâtiments agricoles ont considérablement changés depuis le dernier code du bâtiment agricole qui date de 1995. « Les bâtiments agricoles sont de plus en plus gros et il y a aussi les enjeux de bien-être animal qui ont pris une place importante depuis », explique Sébastien Fournel.

À l’heure actuelle, les formations en génie agricole, autant à l’Université Laval qu’à l’Université McGill, sont principalement orientées vers l’agroenvironnement, avec quelques cours touchant les bâtiments agricoles.

Le manque de professeurs et de chercheurs dans le domaine du bâtiment agricole crée une pénurie de spécialistes alors que le Québec vit un boom au niveau de la construction agricole. Les firmes d’ingénieries agricoles doivent se tourner vers les ingénieurs en génie civile pour compléter leur équipe même s’ils ne connaissent pas nécessairement bien le secteur agricole.

Cette situation a été occasionnée par des départs à la retraite dans les universités qui formaient des ingénieurs agricoles au pays. Ces professeurs n’ont pas été remplacés.

La situation sera corrigée à l’Université Laval avec la nouvelle chaire de recherche. Le titulaire sera nommé d’ici la fin de l’été. L’entrée en fonction est prévue pour le premier septembre.

Le titulaire de la chaire sera à la fois chercheur et formateur d’étudiants au premier cycle, et d’étudiants gradués. Il faudra donc attendre quelques années avant que des nouveaux ingénieurs agricoles ayant suivi ces cours spécialisés en bâtiment agricole entrent sur le marché du travail, d’autant plus que le titulaire devra préparer le programme de cours avant de pouvoir débuter la formation.

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires