Les grandes fermes laitières sont endettées, mais rentables

Le Rendez-vous d'expertise des fermes de 100 vaches et plus dresse un portrait de la situation

Les fermes de 100 vaches et plus ont beaucoup investi dans les dernières années dans l’achat de terres et la construction de nouvelles étables. Il en résulte que ces entreprises sont plus endettées que les entreprises de plus petite taille. Toutefois, elles obtiennent de meilleurs résultats que la moyenne des fermes de moins de 100 vaches.

Malgré tout, les entreprises de petites tailles peuvent obtenir de très bonnes performances techniques et financières. C’est le cas des fermes du groupe de tête parmi les entreprises de moins de 100 vaches.

Selon les conseillères Dominik Desrosiers du Groupe Agri-D et Mélanie Desrosiers du Groupe Conseil agricole de l’Estrie, la raison pourquoi les entreprises de grandes tailles s’en sortent mieux que la moyenne des fermes de petites tailles est probablement dû au fait que pour pouvoir atteindre cette taille, elles ont dû faire mieux que la moyenne lorsqu’elles étaient plus petites.

Les agronomes Dominik Desrosiers et Mélanie Desrosiers ont présenté les résultats de l’analyse de groupe des fermes de 100 vaches et plus lors du Rendez-vous d’expertise des fermes de 100 vaches et plus organisé par Via Pôle d’expertise en services-conseils agricoles le 8 décembre 2020.

De plus en plus grosses

Les 161 entreprises de plus de 100 vaches qui ont fait partie de l’analyse de groupe engagent plus de main d’œuvre pour un total de 4,9 UTP. Les actifs totaux sont en croissance pour atteindre 12 millions de dollars en 2019, alors que l’avoir nette diminue pour se situer à 54%. Le fonds de roulement est plus ou moins stable au cours des années à 1,09. De son côté, le chiffre d’affaires total est en croissance pour se situer à 1,8 millions de dollars.

Le nombre de vaches et le quota continue d’augmenter, soit 179 vaches pour 202 kg de quota détenu. La production laitière a franchi la barre des 10 000 litres par vache, soit 10 131. Les superficies cultivées sont aussi en augmentation pour se situer à 281 hectares.

Un groupe qui se démarque

Les fermes du groupe de tête ont plus de vaches, détiennent plus de quota, cultivent plus grand de terre, sont moins endettées, remboursent plus vites leurs emprunts et ont un solde résiduel plus intéressant.

Ces entreprises ont 258 vaches et détiennent 275 kg de quota, pour 342 ha cultivés. La valeur des actifs est de 17 millions de dollars pour un avoir net de 58%. La durée de leurs emprunts est 12,3 ans contre 14,3. Le solde résiduel des entreprises du groupe de tête est aussi plus important : 257 719$ (19%) contre 93 658$ (5%) pour la moyenne de l’analyse de groupe.

Le Rendez-vous d’expertise des fermes de 100 vaches et plus se déroule en mode virtuel du 8 au 10 décembre.

Source: VIA PÔLE d’expertise en services-conseils agricole

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires