Ligne de temps

Les insectes : un superaliment pour animaux!

Les insectes sont non seulement une source prometteuse de protéines alternatives pour l’alimentation des animaux de ferme, mais ils ont aussi des composés précieux qui peuvent être efficaces dans la réduction de l’utilisation des antibiotiques.

Un éditorial paru dans le Journal of Insects as Food and Feed lève le voile sur ces composés. Ce sont la chitine, l’acide laurique et les peptides antimicrobiens.

Chitine

La chitine est un composant de l’exosquelette des crustacés et des insectes. La chitine et ses dérivés peut stimuler les cellules immunitaires innées. Ni les poissons, les oiseaux ou les mammifères ne peuvent synthétiser la chitine. Ce sont donc des cibles potentielles pour la reconnaissance par le système immunitaire.

Dans des travaux de recherche, l’ajout de chitine de crevette à l’alimentation des poulets ou encore de ténébrions meuniers fermentés à des poulets a eu un effet bénéfique sur la croissance d’Escherichia coli et de Salmonella.

Acide laurique

L’acide laurique est reconnue pour son activité antiviral et antibactérien. Les mouches soldats noires sont riches en gras, avec un niveau entre 15 et 49% sur une base de matière sèche. Le profil d’acide gras de l’insecte au stade prépupe est riche en acide laurique à moyenne chaîne. Les graisses de prépupes élevées sur des substrat contenant une grande quantité d’amidon peuvent contenir jusqu’à 60% d’acide laurique.

En laboratoire, la graisse des mouches soldats noires a supprimé la croissance des lactobacilles et avait un effet antibactérien contre les infections à streptococcus du porc. Les chercheurs croient que sur les fermes, ces effets seront davantage visibles sur les fermes ayant des statuts sanitaires sous-optimaux. Cet effet antiviral et antibactérien serait optimal lorsque combiné avec l’utilisation de l’insecte comme source de protéines.

Peptides antimicrobiens

La plus grande diversité de peptides antimicrobiens se retrouvent chez les insectes. Jusqu’à ce jour, il y a plus de 150 protéines d’insectes qui ont des activités antimicrobiennes connues. ). Les insectes vivant dans des environnements infestés de germes (par exemple les mouches) sont une source puissante d’antimicrobiens.

Chez les porcs et les poulets, les peptides antimicrobiens améliorent la croissance, favorisent la digestibilité des nutriments et la santé intestinale, modifient positivement le microbiote intestinal et améliorent la fonction immunitaire.

Des chercheurs ont démontré une diminution marquée de la diarrhée post-sevrage des porcelets entre les jours 15 et 28 de l’essai en raison de la supplémentation alimentaire en peptides antimicrobiens provenant d’insectes

Chez les poulets, le peptide antimicrobien P5 peut être utilisé comme une alternative aux antibiotiques comme promoteurs de croissance.

Le Bulletin des agriculteurs du mois de juillet vous offrira un article sur les insectes en alimentation animale.

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires