Vaches laitières: bien hacher les fourrages

L’ajout dans la ration de foin de faible qualité ou de paille peut être une bonne idée pour stimuler la mastication ou la rumination des vaches laitières. Cependant, il est important de les hacher suffisamment pour éviter la sélection que les vaches pourraient faire et pour s’assurer qu’elles reçoivent la quantité voulue de fibres.

Des chercheurs de l’Université de l’État de Pennsylvanie ont conduit deux expériences sur la fermentation ruminale, le comportement de sélection et l’activité de mastication chez les vaches en fin de lactation ou les vaches taries.

Dans les deux expériences, la quantité de fibres était la même, mais la longueur était très différente. Dans la première, les vaches avaient une moyenne de 434 jours en lait. Elles étaient nourries d’une diète contenant 50 % de dactyle de première coupe et de 50 % de grain. Le foin était haché en trois longueurs différentes : courte (0,5 cm), moyenne (0,9 cm) ou longue (7,8 cm).

Dans la deuxième expérience, les mêmes vaches une fois taries ont été nourries d’une diète contenant 75 % de paille d’orge et 25 % de grain. Le grain était donné comme supplément et de la mélasse était ajoutée pour améliorer la palatabilité de la paille. La paille était coupée à trois longueurs différentes : courte (1 cm), moyenne (2,5 cm) et longue (8 cm).

Dans les deux expériences, malgré la différence de longueur, il n’y a pas eu de différence observée dans l’activité de mastication, dans le pH ruminal ou dans le remplissage du rumen. Toutefois, plus la longueur des particules augmentait, plus les vaches triaient leurs aliments.

Ces résultats suggèrent que lorsqu’on ajoute du fourrage de faible qualité pour amener une plus grande mastication ou plus de rumination, hacher davantage minimisera le tri et aidera à atteindre la quantité de fibres calculée dans la formulation de la ration.

Source : Penn State Extension

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires