Pour bien passer à travers la crise de la COVID-19, sortez de l’isolement!

Contactez un ami, un voisin ou un intervenant autour de vous

Avec la COVID-19, les producteurs agricoles sont plus isolés que jamais. En cette période difficile, vous avez des décisions importantes à prendre pour vous-mêmes et votre entreprise, ou vous avez simplement besoin d’être réconforté. Il est important d’appeler ou de faire des vidéo-rencontres avec des personnes de votre entourage.

Depuis plus d’un mois, à l’instar de nombreux intervenants agricoles au Québec, le conseiller en gestion Benoit Turgeon du Centre multi-conseils agricoles (CMCA), de Sainte-Marie en Beauce, offre ses services à distance. Pour cela, il utilise bien sûr le téléphone et les courriels, mais aussi les plateformes de vidéo-rencontres sur le Web devenues tellement populaires depuis de début de la pandémie.

« Les rencontres de cuisine qu’on faisait avant, on les fait maintenant sous forme de web-meeting, dit l’agronome. On se débrouille même très bien. »

Dès le début de la pandémie, lui et les autres conseillers du CMCA ont contacté directement chacun de leurs clients pour évaluer leur situation. Elle varie aussi selon la production. Les clients du CMCA œuvrent principalement en production laitière, production porcine, grandes cultures et production bovine.

Comment les producteurs vivent-ils la situation? « En partant, c’est déstabilisant », explique Benoit Turgeon.

Les producteurs laitiers sont limités à ne produire que leur quota. La paie des prochaines semaines sera donc affectée par une diminution de volume. Toutefois, le salaire d’avril est quand même bon. Vendredi dernier, afin de s’ajuster à la demande changeante, les Producteurs de lait ont annoncé une coupe de quota de 2% effective au premier mai et une hausse de quota de lait biologique de 1%.

Pour les producteurs de porc, c’est très difficile. « Ça fait trois ou quatre semaines que le prix a baissé, explique le conseiller. Et on n’est même pas capable de faire de budget. On ne peut pas estimer le prix du porc des prochaines semaines. On est dans l’inconnu total. On ne sait même pas combien d’argent ils auront besoin sur leur marge de crédit. »

Car, oui, ils auront besoin d’argent. Les producteurs de porcs inscrits à l’ASRA seront éventuellement compensés pour la baisse de prix, mais ce n’est pas pour tout de suite. Le montant reçu ces jours-ci de la Financière agricole est pour l’année 2019. Benoit Turgeon s’attend à ce que la Financière devance son paiement de juillet afin d’aider les producteurs.

D’ailleurs la Financière agricole et les gouvernements ont mis en place des programmes. Ils sont nombreux. Vos conseillers agricoles ou financiers les connaissent. Vous devriez les contacter pour savoir lesquels s’appliquent le mieux à votre situation, si ce n’est déjà fait.

Outre ces contacts, Benoit Turgeon insiste sur l’importance pour les producteurs de briser l’isolement dans lequel la COVID les a plongés.

« Les producteurs sont isolés dit-il. Il y a beaucoup moins de gens qui viennent à la ferme. Ils se sentent isolés, mais ils n’ont pas le réflexe d’appeler. Et ça les isole encore plus. Il peut y avoir de la détresse. » Il ne croit pas que la situation est encore rendu à ce point, mais ça le préoccupe.

En même temps, les producteurs reçoivent beaucoup d’informations par courriels. « Mais ce ne sont pas tous des liseux, raconte Benoit Turgeon. Ce n’est pas parce qu’ils l’ont reçu, qu’ils l’ont lu et qu’ils l’ont compris. » C’est pourquoi il prend la peine de contacter l’ensemble de sa clientèle.

Si vous ressentez de la détresse, n’hésitez pas à appeler le Centre de prévention du suicide (1 866 APPELLE) ou une travailleuse de rang (Au cœur des familles agricoles, 450 768-6995). « Il ne faut pas qu’ils aient peur d’aller chercher de l’aide ou appeler un ami », dit Benoit Turgeon.

Et pourquoi ne pas agir en prévention et contacter vos amis simplement pour garder le moral, comme lors de ces 5 à 7 virtuels devenus populaires par les temps qui courent? Des producteurs m’ont raconté utiliser beaucoup ce moyen de communiquer et en ressentir un grand bienfait.

Voici le lien de l’UPA concernant la COVID-19

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires