Projet de construction : parlons finances

etableUn projet d’agrandissement, de conversion de bâtiment d’élevage ou de construction neuve peut propulser l’entreprise vers l’avenir ou à l’opposé, fragiliser dangereusement les finances de la ferme. Que doit-on analyser avant d’envisager un tel projet?

Voici questions à vous poser avant de passer à l’action.

Pourquoi voulez-vous construire une nouvelle étable?

Lorsqu’un de ses clients lui demande la faisabilité d’un projet, la conseillère en gestion Johanne Laroche du Groupe ProConseil à Saint-Hyacinthe commence toujours par lui demander quel est son objectif? « C’est LA question », dit-elle.

Quelles sont les autres options?

Il y a souvent plusieurs façons d’atteindre son objectif. La construction d’un nouveau bâtiment d’élevage entraîne des paiments très élevés. Alors, toute alternative doit être sérieusement étudiée.

Quel est votre budget?

Le conseiller en gestion est une bonne personne à consulter pour évaluer la faisabilité d’un projet. Il y a toutefois une autre personne qui devrait être impliquée très tôt dans le projet. C’est le prêteur hypothécaire. Ces deux personnes vous aideront à fixer votre budget.

Est-ce que le projet sera rentable?

Un projet d’étable de 1,7 million ne se rentabilise pas par le simple gain d’efficacité. Il faut vraiment analyser tous les avantages et les inconvénients du projet.

Quels sont les impacts sur l’ensemble de l’entreprise?

La construction peut nécessiter des modifications dans les autres activités de l’entreprise, comme la gestion des fumiers.

Avez-vous prévu les pertes liées à la transition?

Les constructions actuelles nécessitent souvent l’apprentissage d’un nouveau système, autant pour les animaux que pour les humains.

Qu’en disent vos conseillers actuels?

Ces personnes qui travaillent avec vous peuvent vous faire penser à des aspects que vous n’auriez pas envisagés.

Quand prévoyez-vous réaliser votre projet?

Si la situation de la ferme ne permet pas de réaliser le projet dès maintenant, il est possible de le planifier pour dans quatre ou cinq ans. En attendant, nous mettons en place les conditions qui nous permettront de le réaliser plus tard.

L’article au même titre paru dans le numéro de juin du Bulletin des agriculteurs élabore davantage sur le sujet.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires