Quel est le meilleur moment pour faire vêler ses vaches?

Le choix du moment de vêlage a un impact important sur les résultats financiers d’un élevage de type vache-veau. Des spécialistes des bovins de l’Alberta ont fait le calcul.

Les spécialistes du ministère de l’Agriculture et de la Forêt (AF) Herman Simons et Berry Yaremcio ont étudié l’impact économique du vêlage pour chaque mois de l’année pour un veau sevré de 550 livres (250 kg).

Revenus

Le graphique suivant démontre qu’il y a une variation historique saisonnière. Durant les 13 dernières années, les veaux de l’Alberta ont obtenus un meilleur prix en juin (890$) qu’en janvier (830$). La différence est de 60$ par veau.

Coût d’alimentation

Il est évalué qu’en Alberta, environ 80% du coût d’élevage d’un veau est les aliments. Pour calculer le coût d’alimentation, les spécialistes ont regardé le poids moyen de la vache (1400 livres ou 635 kg), le mois de lactation ou de gestation, la taille du veau, les besoins alimentaires du veau, l’alimentation au pâturage et durant l’hiver.

Le coût d’alimentation est moindre pour les vêlages de mai à juin en raison du fait que les vaches sont taries en hiver. Une alimentation à base d’ensilage en hiver semble moins dispendieuse qu’une alimentation à base de foin.

Marge sur le coût d’alimentation

En considérant à la fois le prix du veau et le coût d’alimentation, Herman Simons et Berry Yaremcio ont noté que ce n’est pas nécessairement le prix du veau le plus élevé qui procure la meilleure marge.

Pour l’étude qu’ils ont effectué à Strathmore (15 km à l’est de Calgary), la marge la plus élevée semble être lors des vêlages de mai à octobre. La différence entre la marge la plus basse (en janvier) et la marge la plus haute (en août) est de 100$.

Évidemment, ces chiffres sont pour l’Alberta, mais les tendances de prix saisonnières sont quand même là au Québec. Vous pouvez refaire le calcul pour votre entreprise. Les spécialistes expliquent aussi que d’autres variables peuvent être importantes pour vous, comme les investissements, les implications en marketing et les opportunités de marché. Pour plus de détails, consultez le site internet du ministère de l’Agriculture et de la Forêt de l’Alberta.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires