Les fermes de plus en plus grosses aux États-Unis

La taille des fermes laitières aux États-Unis ne cesse d’augmenter, confirme une étude du département américain de l’Agriculture (USDA). Il s’agit de la réponse aux producteurs à l’ouverture des marchés internationaux du lait qui a fragilisé les prix et par ricochet, la production. Afin de se protéger des fluctuations des prix, les producteurs ont augmenté le nombre de vaches sur les fermes. Les coûts de production à l’échelle nationale ont donc reculé de 19% entre 1998 et 2012, entrainant des changements structuraux importants.

Les fermes les plus grosses affichent un retour net sur le lait produit qui est plus important que sur les fermes de plus petites tailles. Par exemple, une ferme de 2000 têtes et plus réalise des économies de coûts de 16% sur cent livres de lait produit, par rapport aux fermes de 1000 à 1999 têtes. Les économies grimpent à 24% en comparaison avec les fermes de 500 à 999 têtes. La production de lait aux États-Unis est maintenant réalisé en majorité par les plus grandes exploitations. En 1987, la moitié du lait produit provenait de fermes de 80 vaches ou moins. En 2012, la moitié du lait aux États-Unis est le fait de fermes laitières comptant 900 vaches et plus.

Le marché du lait est devenu davantage un marché des produits dérivés du lait et de ses composantes plutôt qu’un marché de consommation du lait comme boisson. En l’espace d’une dizaine d’année, les exportations des États-Unis sont passées de 1 milliard de dollars en 2003 à 7,2 milliards en 2014. Cette hausse provient d’une augmentation de la demande des pays d’Asie et de l’Amérique Latine, en plus de l’amélioration de la production.

La volatilité des prix s’est accrue fortement depuis 2005, avec un creux historique en 2009. Une baisse de la demande combiné à des coûts de production élevés ont causé des pertes importantes pour les fermes, pour un montant allant jusqu’à 150 000$ par exploitation.

Le USDA ajoute que “les caractéristiques spécifiques des marchés des produits laitiers les rendent sujets à la volatilité des prix. L’approvisionnement en lait varie peu en réponse à des changements de prix. En outre, la demande de produits laitiers ne change que faiblement aux variations de prix. Par conséquent, les changements dans la demande pour les produits laitiers nécessitent des modifications substantielles de prix afin de réinitialiser l’équilibre offre-demande pour le lait produit à la ferme”.

Source: USDA

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires