Vêler au pâturage ?

Une équipe de la station de recherche en agriculture de New Liskeard, dans le Timiskaming ontarien, a comparé le vêlage traditionnel à l’étable à la fin de l’hiver et la mise bas au pâturage au début de l’été. Le compte rendu récent dresse un bilan de 15 années. De 1998 à 2012, 1172 veaux sont nés en hiver et 1146 veaux sont nés en été.

Le groupe de vêlage en hiver a été accouplé en mai, pour un vêlage en février ou mars. Les vaches gestantes sont hivernées dans une étable froide ouverte sur un côté. Les vaches sur le point de vêler étaient déplacées dans une étable fermée non chauffée. Une fois que le veau était né et materné avec succès par la mère, le couple était retourné dans l’étable à façade ouverte. Les paires d’animaux étaient envoyées au pâturage en mai.

L’autre groupe de vaches a été présenté au taureau en septembre pour un vêlage en juin et juillet. La mise au pâturage avait eu lieu en mai. Après la saison de pâturage, les couples vache veau étaient déplacés vers les étables ouvertes. Le sevrage avait lieu en janvier.

Voici un bilan des résultats :

• Les vaches qui mettent bas au pâturage reçoivent beaucoup moins d’assistance que celles qui vêlent à l’étable (voir le tableau ci-contre). Le taux d’assistance est donc de 2,5 fois plus grand chez les vaches à l’étable, comparativement aux vaches au pâturage.

• Pour les premiers vêlages, les résultats sont similaires. Seulement 5,9 % des taures reçoivent de l’assistance au pâturage, contre 15,5 % à l’étable. C’est donc 2,6 % plus de taures à l’étable qui reçoivent de l’assistance, comparativement au pâturage.

• Le taux de survie des veaux est comparable d’un système à l’autre.

• Les veaux nés au pâturage étaient en moyenne de 0,907 kg (2 lb) plus léger à la naissance.

• Les veaux en hiver ont eu 2,25 fois plus de traitements contre les maladies que les veaux nés en hiver (résultats comptabilités à partir de 2005 uniquement).

• Le poids à 200 jours était légèrement plus élevé chez les veaux nés en hiver, comparativement aux veaux nés en été, soit une différence de 5,9 kg (13 lb). Le poids moyen ajusté des veaux d’hiver était de 293 kg (646 lb), contre 287,1 kg (633 lb) pour les veaux d’été.

Les chercheurs en concluent que la mise bas au pâturage semble une alternative valable pour les entreprises vache-veau traditionnelles qui souhaitent augmenter le nombre de vaches tout en réduisant le temps de main-d’oeuvre et les coûts des installations par vaches, ou pour démarrer un nouveau troupeau à grande échelle.

Source : Le Boeuf virtuel du MAAARO

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires