Planteur : pour des semis rapides, précis et efficaces

Toute personne ayant participé aux semis sait que le ravitaillement est une période qui impacte grandement l’efficacité au champ. Un semoir ayant une autonomie supérieure fait moins d’arrêts aux puits et gagne en superficie couverte à la fin de la journée. Certains modèles de planteurs offrent des trémies centralisées, soit un bac unique pour y déposer la semence en vrac. Outre un ravitaillement en solo, ce réservoir réduit le temps requis et les manipulations. Selon le modèle et le fabricant, ces trémies contiennent entre 60 et 125 boisseaux, ce qui donne un bon coup de pouce à l’efficacité.

La commercialisation des planteurs haute-vitesse alimente les discussions. La vitesse de semis annoncée est phénoménale (autour de 16 km/h) et la superficie potentiellement semée dans une journée l’est tout autant. Avant d’emboîter le pas et d’opter pour une telle machine, il faut s’assurer que la logistique de préparation de terrain et celle de l’approvisionnement en semence et engrais soient en mesure de suffire à la demande et ainsi libérer le plein potentiel de ces planteurs. La qualité du lit de semence doit être au rendez-vous. À cette vitesse, le relief du lit de semence doit être parfait.

Tournés vers l’avenir, les acheteurs potentiels de planteurs opteront pour des planteurs équipés d’entraînements variables, prenant la forme de moteurs hydrauliques ou bien de moteurs électriques à chaque rang. Cet équipement permettra de changer la population de la cabine sans avoir à débarquer et de semer à taux variable. De plus, un planteur équipé de composantes permettant le contrôle de sections évitera de semer des zones en double et d’économiser la semence.

Déjà très technologique, le planteur est appelé à poursuivre sa rapide évolution. Dans un futur plus que rapproché, l’ajout de capteurs analysant en temps réel le niveau de matière organique, d’humidité et de pourcentage de résidus dans le sol ajoutera à la complexité des machines. Les prochaines versions de planteurs pourront certainement de manière autonome varier les hybrides, la profondeur de semis, la population, la pression active au sol et la pression sur le système ferme-sillon. Le tracteur autonome aura bientôt un nouveau partenaire : le planteur autonome!

Les planteurs seront en démonstration à Expo-Champs du 29 au 31 août 2017.

*Ceci est un extrait de l’article de Louis-Yves Béland publié dans l’édition de juillet-août 2017 du Bulletin des agriculteurs.

à propos de l'auteur

Commentaires