Une technologie de l’Ontario pourrait régler un problème coûtant 3 milliards de dollars

Un système ingénieux veut réduire les impacts négatifs liés aux véhicules dont le moteur est allumé mais ne roule pas

Une entreprise d’Ancaster, en Ontario, a trouvé une solution à un problème dont les coûts sont évalués à 3 milliards de dollars par an au Canada, un chiffre qui correspond approximativement à la quantité de carburant gaspillée chaque année au Canada à cause d’un moteur au ralenti.

Le mode au ralenti contribue également à augmenter l’usure des moteurs et les coûts de maintenance, ainsi que les émissions de gaz à effet de serre. Selon les données de Ford, une heure en mode ralenti équivaut à une usure du moteur causée par 53 kilomètres de conduite.

Une solution évidente serait d’éteindre les moteurs, mais cela n’est pas toujours possible pour de nombreux véhicules, industriels et agricoles à usage moyen et lourd, qui tournent au ralenti pour conserver l’alimentation de certains systèmes ou le confort des occupants. C’est ce qui a poussé Canadian Extreme Climate Systems Ltd. à mettre au point un système de gestion du mode ralenti qui a été breveté, appelé GRIP Idle Management System. Conçu pour fonctionner dans les voitures, les camions, les véhicules tous-terrains et tous les véhicules avec un moteur à combustion, le GRIP fonctionne grâce à l’installation d’une batterie supplémentaire qui évitera de faire tourner le moteur sans tout arrêter complètement. «Nous utilisons GRIP pour créer un système hybride utilisant une batterie», a déclaré Duncan Curd, vice-président des ventes et du marketing. «Nous réalisons des économies de carburant si nous réduisons le nombre d’heures de fonctionnement du moteur et pouvons prolonger la vie du véhicule et la revente si nous réduisons l’usure du moteur.» Le GRIP s’active une fois qu’un véhicule est arrêté et qu’il est en stationnement ou au point mort, et la batterie auxiliaire sert de source d’alimentation pour faire fonctionner les systèmes nécessaires. GRIP utilise également la chaleur du moteur via une pompe à liquide de refroidissement installée sur la batterie.

Une fonction antivol supplémentaire permet au GRIP d’être utilisé dans un véhicule verrouillé. Si une personne s’immobilise et tente de mettre le moteur en marche, le moteur cale. «Nous utilisons également la télématique pour fournir des informations à un portail basé sur nuage numérique qui permettra de surveiller votre flotte», a déclaré M. Curd. «Il n’est pas possible de pirater le système car nous ne contrôlons pas le véhicule. Le système est passif et écoute les systèmes du véhicule. ”

Actuellement, un peu plus de la moitié des activités de la société se situe aux États-Unis, mais elle travaille en vue de prendre de l’expansion des deux côtés de la frontière. Agriculture et Agroalimentaire Canada installe actuellement l’équipement dans ses véhicules en Saskatchewan. La société est également en pourparlers avec un important transporteur de bétail dans l’Ouest du Canada.

Le système coûte environ 4 000 dollars canadiens et l’installation est généralement effectuée après vente par les concessionnaires. Les câbles d’allumage constituent la seule connexion invasive au véhicule, tous les autres composants utilisant des connexions plug and play. Les composants sont assemblés dans les installations Ancaster de la société.

Des systèmes GRIP ont été installés sur des Ford 150 et des Dodge Ram 1500 de London Hydro, en Ontario, en janvier 2018. Après six mois, des économies de 56% ont été réalisées sur le carburant. D’autres économies concernant l’entretien, comme le changement d’huile, ont aussi été faites. La police de Colombus en Ohio qui a installé le plus grand nombre de systèmes sur sa flotte de voitures a vu sa consommation d’essence diminuer de 33%.

Source: Farmtario, Lilian Shaer

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Le Bulletin des agriculteurs's recent articles

Commentaires