Laboratoire d’expertise en pathologie animale du Québec

Québec (Québec), 22 juin 2010 – Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre du Travail et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. Sam Hamad, et le député de Vanier, M. Patrick Huot, ont inauguré aujourd’hui, au nom du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Réforme des institutions démocratiques, M. Claude Béchard, le nouveau Laboratoire d’expertise en pathologie animale du Québec (LEPAQ), situé au 2650, rue Einstein, à Québec. Cette installation de pointe renforcera l’expertise en matière de pathologie animale au Québec et bonifiera également la vigie afin de répondre rapidement aux problèmes associés à l’apparition de nouvelles maladies.

Au terme de près de quatre années de travail, le gouvernement du Québec est fier de cette réalisation de 22,4 millions de dollars, qui a soutenu la création de 146 emplois durant la construction de l’édifice. Près de 30 personnes y travaillent présentement dont cinq pathologistes, trois microbiologistes, dix-neuf techniciens de laboratoire et d’autopsie et deux employés de soutien administratif.

« Doté d’équipements modernes et efficaces, à la fine pointe de la technologie, ce nouveau laboratoire est résolument tourné vers l’avenir. Il permettra de maintenir notre capacité à répondre rapidement aux problématiques liées à l’apparition de nouvelles maladies animales. Par ailleurs, il renforce la signature de la région de la Capitale-Nationale dont le développement est de plus en plus tourné vers l’économie du savoir », a déclaré le ministre Hamad.

En 2009, le LEPAQ a procédé à plus de 850 autopsies relatives à quelque 1 500 animaux de plusieurs espèces. Aussi, près de 70 000 échantillons ont été analysés dans les différents secteurs de laboratoire en vue de détecter diverses maladies qui peuvent avoir une incidence sur la santé du cheptel ainsi que sur la santé humaine et qui comportent souvent des répercussions économiques importantes.

Il y a lieu de préciser que le Laboratoire d’expertise en pathologie animale du Québec respecte les lignes directrices en matière de biosécurité de même que les normes de confinement prescrites par l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

« Ce laboratoire est le premier à viser la certification LEED Canada, qui est reconnue internationalement et qui met en valeur le design et la construction de bâtiments durables à haute performance énergétique. Écologique et performant, le nouveau laboratoire rend compte de la volonté de notre gouvernement d’appuyer concrètement la protection de la santé animale et de la santé publique », a ajouté le député Patrick Huot.

Des services de diagnostics complets et rapides
Rappelons qu’en 2006 le gouvernement du Québec a alloué un budget de 77 M$ pour la reconstruction de deux laboratoires de pathologie animale situés à Québec et à Saint-Hyacinthe. Ces établissements servent la clientèle de l’ensemble du Québec. Ils offrent aux médecins vétérinaires praticiens et aux producteurs agricoles des services de diagnostic complets et rapides. En outre, ils définissent et mettent en oeuvre des programmes de surveillance de la santé du cheptel. Finalement, ils assurent la protection de la santé publique par la détection des agents potentiels de zoonoses et ils appuient le développement économique en garantissant la salubrité du cheptel québécois destiné tant à l’exportation qu’au marché intérieur.



Commentaires