Ligne de temps

Le CRAAQ accélère son virage technologique

Anticiper le contexte économique et adapter les priorités en conséquence. Voilà en substance le bilan annuel que la directrice générale du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ), madame Brigitte Dumont, a présenté le 29 octobre dernier en assemblée générale annuelle.

L’assemblée, qui s’est tenue à Saint-Nicolas, a réuni quelque 85 participants. Notons qu’une trentaine de ceux-ci y ont assisté par webdiffusion, une innovation qui a permis d’atteindre une plus large audience.

Madame Dumont affirme que le bilan de la dernière année vient démontrer le bien-fondé du virage technologique amorcé ces dernières années. Le CRAAQ a entre autres procédé à la numérisation complète de son fonds d’édition. Une dizaine de vidéos informatives ou promotionnelles ont été produites. Un nombre croissant d’évènements sont maintenant offerts en webdiffusion et le nombre de participants à distance est en hausse constante. Enfin, on a entrepris la migration des plateformes technologiques tel le site Agri-Réseau. Celui-ci sera transformé graduellement en portail et il comprendra notamment une plateforme de gestion des vidéos gratuites ou payantes. Le conseil d’administration prévoit d’ailleurs affecter cette année 200 000 $ de fonds internes dans le développement technologique.

Le CRAAQ clôt l’exercice financier complété le 30 juin dernier avec des revenus totaux de 3,3 millions, en baisse de 13 % sur l’année précédente. Deux facteurs principaux expliquent cette situation. La situation serrée des finances publiques s’est traduite par une diminution des financements et programmes gouvernementaux ainsi que des mandats spécifiques confiés au CRAAQ. D’autre part, la décroissance des activités traditionnelles telle l’organisation d’évènements s’est poursuivie, une conséquence de la surabondance de l’offre, tous promoteurs confondus.

Un contrôle serré des dépenses de fonctionnement (hausse de 1 % seulement) a permis à l’organisation de clore l’année avec un déficit de 11 595 $. Comme il l’a été dit lors de la présentation des états financiers, avec un déficit qui représente 0,3 % des revenus, on peut parler d’atteinte du seuil de rentabilité, ce qui est précisément l’objectif d’un organisme à but non lucratif comme le CRAAQ. À noter que l’organisation a investi 67 000 $ de ses fonds propres dans divers projets.

Soulignons que suite à une invitation, monsieur Yvan Lacroix, président-directeur général de l’Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière et de l’Association professionnelle en nutrition des cultures, a assisté à l’assemblée générale annuelle du CRAAQ. « Cela m’a permis de réaliser l’importance du développement de l’axe « techno » réalisé par le CRAAQ, ce qui pourra amener des possibilités intéressantes d’utilisation de ses outils Web pour tout le secteur agricole et agroalimentaire », a mentionné M. Lacroix.

« Le CRAAQ est prêt à jouer véritablement son rôle de plaque tournante pour la mise en valeur et la diffusion du savoir auprès du secteur agricole et agroalimentaire », a conclu son président sortant, M. Denis Bilodeau.

Le rapport annuel du CRAAQ est disponible ici.

à propos de l'auteur

Commentaires