Soyas pour l’alimentation et haricot rond blanc

Les consommateurs en quête d’aliments plus sains et les producteurs désireux d’augmenter leurs débouchés commerciaux profiteront des quatre dernières variétés de fèves mises au point par les chercheurs d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC).

Les scientifiques du Centre de recherches sur les cultures abritées et industrielles, un établissement d’AAC situé à Harrow (Ontario), ont créé trois nouveaux sojas de qualité alimentaire – le AC Hime (mot japonais qui signifie « princesse »), le AC Vin-Pro et le AC X790P – ainsi qu’un cultivar de petit haricot rond blanc appelé AC Cruiser. Ces nouveautés sont les dernières d’une longue liste de cultivars que les chercheurs d’AAC ont mis au point au fil des ans pour aider les agriculteurs à tirer parti des conditions de croissance uniques du Canada et de l’expansion des marchés intérieurs et extérieurs.

Les exportations canadiennes de soja au Japon et dans les pays riverains du Pacifique ont augmenté en flèche, soit de près de 400 pour cent au cours des cinq dernières années seulement, passant de 36 000 tonnes en 1995 à 175 000 tonnes l’an dernier. Le soja sert à fabriquer le tofu, le miso et le lait de soja, des produits de consommation qui sont de plus en plus en demande au Canada et partout dans le monde. La plus grande partie de la production de petits haricots ronds blancs est exportée au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens pour la préparation de fèves au lard et de soupes. Le Canada exporte en moyenne 80 pour cent de sa production annuelle de haricots blancs. Les haricots blancs, y compris les petits haricots ronds, sont surtout cultivés en Ontario, mais également au Manitoba, au Québec et en Alberta.

« Le programme du soja à Harrow a joué un rôle important dans la croissance de l’industrie du soja de qualité alimentaire en mettant l’accent sur la satisfaction des exigences d’un marché d’exportation en croissance », a souligné le Dr Vaino Poysa, un sélectionneur de soja au service d’AAC.

Le Dr Soon Park, qui s’occupe de la sélection des haricots comestibles comme le petit haricot rond blanc, affirme que le travail d’équipe est la clé du succès. « Le programme d’amélioration des haricots secs fait appel à des chercheurs d’autres disciplines pour mettre au point de nouvelles variétés présentant une bonne qualité culinaire et de bonnes aptitudes à la mise en conserve, une teneur élevée en protéines et une résistance aux maladies d’importance. »

Les haricots sont faibles en gras et riches en protéines, en fibres, en folates, en fer et en magnésium, autant d’éléments essentiels d’un régime alimentaire à haute teneur en fibres et à faible teneur en gras qui, selon les études effectuées, peut réduire l’incidence du cancer, des maladies cardiovasculaires et des accidents cérébraux-vasculaires.

Le Centre de recherches sur les cultures abritées et industrielles est l’un des 19 établissements nationaux administrés par AAC au pays. Chacun de ces établissements mène des recherches d’avant-garde sur divers aspects de la salubrité des aliments, de la conservation des ressources et de la gestion des productions végétales et animales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Centre de recherches sur les cultures abritées et industrielles

http://res.agr.ca/harrow/




Commentaires