La sécheresse persiste aux É.-U.

Alors que la plupart des grandes cultures se portent à merveille au Québec et en Ontario, ce n’est pas le cas partout aux États-Unis, où la sécheresse continue de sévir.

Au Québec, les averses de la semaine dernière sont venues rééquilibrer l’humidité du sol, après plusieurs jours de temps très chaud. Les cultures sont résolument en avance.

En Ontario, le maïs arrive à la hauteur des épaules dans plusieurs champs du sud-ouest de la province. Selon l’agronome Greg Stewart, du ministère de l’Agriculture, les cultures ont d’une à deux semaines d’avance et les degrés-jours de chaleur s’accumulent très rapidement.

Dans le Midwest américain, par contre, le sécheresse continue à sévir, au point d’influer à la hausse sur les prix des grains. La situation est telle que la semaine dernière, le gouvernement a déclaré que les conditions de culture du maïs étaient les pires depuis 1988, quand les pires sécheresses de l’histoire avaient fait chuter la production de maïs de 30 %.

Cette semaine, d’autres records de chaleur seront battus aux États-Unis. Le mercure dépassera la barre des 100 degrés F (37 degrés C) dans plusieurs états producteurs de maïs. Des orages sont prévus, mais la quantité de pluie pourrait s’avérer insuffisante pour humidifier significativement le sol. Chez les producteurs qui n’ont pas de système d’irrigation, le maïs prend des allures de plants d’ananas.

Photos de la condition des cultures dans le Corn Belt américain

Carte du U.S. Drought Monitor (moniteur de sécheresse aux États-Unis)

 



Autres articles