2 millions de bouches à nourrir, 2 milliards de repas par année

Montréal (Québec), 25 avril 2007 – Deux millions de bouches à nourrir, deux milliards de repas par année, c’est le titre du mémoire déposé par Nourrir Montréal dans le cadre des audiences publiques sur la politique agroalimentaire du Québec. Ce comité de la Conférence régionale des élus deMontréal a choisi ce titre afin de souligner l’ampleur de l’enjeu de lasécurité alimentaire dans la région de Montréal.

« Nous faisons plusieurs recommandations à la Commission sur l’avenir del’agriculture et de l’agroalimentaire québécois en ayant comme préoccupationsfondamentales, l’accès à une alimentation de qualité pour tous, lerenforcement de saines habitudes alimentaires et l’avenir de notre systèmealimentaire », déclare monsieur Jean-Paul Faniel, le président de NourrirMontréal. « Nous considérons que la politique agroalimentaire doit prendre encompte les objectifs de la Loi visant à lutter contre la pauvreté etl’exclusion sociale (Loi 112) en ce qui concerne un approvisionnementalimentaire suffisant et nutritif, à coût raisonnable, aux personnes etfamilles en situation de pauvreté », a-t-il précisé.

Nourrir Montréal souhaite que le gouvernement appuie la mise en place demarchés saisonniers de quartier qui desservent des populations vulnérables. Illui demande également d’appuyer une politique ou un programme d’achat regroupéd’aliments santé par les organismes communautaires, les établissementsmunicipaux, scolaires ou de la santé.

Le mémoire recommande aussi que le gouvernement mette en oeuvre desstratégies de promotion et de sensibilisation du grand public à une sainealimentation et qu’il soutienne les initiatives en ce sens des acteurs publicset communautaires.

Il invite le gouvernement à appuyer les maillages des institutionspubliques et des organismes communautaires avec les producteurs québécoisd’aliments frais et transformés, ainsi que le développement de l’agricultureurbaine à Montréal et dans les autres villes du Québec.

Il propose également que le gouvernement facilite une meilleureconcertation des organismes concernés par la sécurité alimentaire, notammentles municipalités, les industries, les syndicats, la santé publique, lesmilieux scolaires et communautaires.

La sécurité alimentaire de la population montréalaise estparticulièrement avantagée par la proximité géographique de centaines deproducteurs agricoles des régions périurbaines et par la présence de milliersd’entreprises de transformation alimentaire. « Il est important d’encourager etd’appuyer les initiatives et les stratégies d’achat d’aliments locaux etrégionaux. Les régions rurales et les régions urbaines doivent choisirl’interdépendance pour garantir l’avenir du système alimentaire québécois etla sécurité alimentaire de toute la population », a conclu monsieur Faniel.

Nourrir Montréal regroupe plus d’une vingtaine de représentants dedifférents secteurs qui s’intéresse à la question de la sécurité alimentaire :autorités municipales, affaires, industrie, éducation, santé, fondations,milieu syndical et communautaire.

Le mémoire de Nourrir Montréal est disponible sur le site de la CRE deMontréal : www.credemontreal.qc.ca

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Commentaires