2009 devrait être une bonne année pour les agriculteurs canadiens

Toronto (Ontario), 6 novembre 2008 – Selon le nouveau rapport des Serviceséconomiques TD, 2009 Prospects for Canadian Agriculture, malgré la perspectivede plus en plus évidente d’une récession économique mondiale l’annéeprochaine, les prix des produits agricoles encore relativement élevés, undollar canadien plus faible et l’atténuation des pressions sur les coûts,devraient encore favoriser le secteur agricole canadien en 2009. Bien que leséleveurs canadiens ne puissent que se réjouir de cette accalmie sur les coûts,la prochaine année continuera d’être difficile pour ce secteur en raison del’obligation imposée par le gouvernement américain de mentionner le paysd’origine sur l’étiquette (COOL) des produits du boeuf et du porc.

Remontée des prix après leur évolution en dents de scie

Les prix des produits agricoles ont évolué en dents de scie tout au longde 2008 et sont montés soudainement en flèche durant le premier semestre del’année pour perdre ces gains les mois suivants. Une augmentation imprévue dela demande de produits agricoles a eu un effet modérateur important. Et bienque les marchés agricoles ne soient pas aussi sensibles à une récessionmondiale que les autres secteurs des produits de base, ils ne sont pasimmunisés contre l’exode des produits de base et d’autres actifs perçus commeétant plus risqués. Selon les Services économiques TD, le risque d’une autrechute des prix est limité et on devrait assister à une remontée vers le milieude 2009. En outre, le dollar canadien, qui devrait s’échanger dans lafourchette inférieure de 80 à 90 cents américains en 2009 comparativement àune quasi parité de change pendant une bonne partie de l’année, devraitcontinuer à soutenir les prix en dollars canadiens.

Les marchés émergents et les mandats en matière de production d’éthanol stimulent la demande

Bien qu’il soit peu probable que l’élément spéculatif revienne avec lamême intensité dans un avenir prévisible, les prix des produits agricolesdevraient demeurer supérieurs à leur niveau moyen de 2002-2007. D’une part, lademande en Chine et en Inde, et dans plusieurs autres marchés émergentsdevrait se maintenir en 2009 et au-delà. Les importations mondiales d’alimentset d’animaux vivants en Chine ont plus que doublé depuis le début de cettedécennie. D’autre part, bien que la baisse du cours du pétrole contiendravraisemblablement l’élan dont bénéficient les sources d’énergie deremplacement; les mandats pour la production d’éthanol mis en place auxEtats-Unis, au Canada et à l’étranger continueront de stimuler la demande deproduits agricoles. Les prix du bétail vont sans aucun doute augmenter auxEtats-Unis alimentés par la baisse des stocks de bovins et de porcs.Malheureusement pour les éleveurs de bétail canadiens, les bénéfices de lahausse des prix aux Etats-Unis seront vraisemblablement atténués par la chutede la demande relative aux importations canadiennes attribuable à la mise enoeuvre de la nouvelle réglementation sur la mention du pays d’origine surl’étiquette (COOL), qui a augmenté le coût pour les emballeurs américains quidoivent traiter séparément les produits provenant de l’extérieur du pays.

Les revenus agricoles stimulés par la baisse des coûts

Même si les prix des produits agricoles en dollars américains devraientafficher une certaine vigueur à la fin de 2009 sur une note de fermeté parrapport au début de l’année, le niveau moyen des prix prévu – qui devrait sesituer bien au-dessous de celui de 2008 – devrait ponctionner les revenus netsdes agriculteurs l’année prochaine. Cependant, plusieurs autres facteurscontribueront à contrebalancer les bénéfices nets en 2009, notamment un dollarcanadien à la baisse, la chute des prix de l’énergie, une baisse prévue desprix du transport et des engrais et un assouplissement graduel des conditionsde crédit. Une atténuation des pressions exercées sur les coûts auxquels sontconfrontés les agriculteurs sera le facteur déterminant qui soutiendra lesrevenus agricoles nets au cours du prochain trimestre.

L’avenir s’annonce prometteur

Les Services économiques TD ont publié un rapport positif l’annéedernière, intitulé A New Era for Agriculture. Le rapport soutenait la thèsequ’en dépit du fait que les marchés agricoles seraient toujours sujet auxfluctuations à court terme, la bonne fortune à long terme du secteur, enparticulier des produits agricoles, s’améliorerait dans la foulée des revenusen hausse sur les marchés émergents, des mandats en matière de productiond’éthanol du gouvernement et d’autres perspectives dans des secteurs commedans celui des produits biologiques. Malgré le tourbillon d’événements et lesdéfis permanents auxquels a été exposé le secteur de l’élevage du bétail cetteannée, les Services économiques TD s’en tiennent à cette évaluation. Bienqu’il reste d’importants défis à relever, la pendule continuera de pointervers des débouchés sans précédent sur les marchés mondiaux.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque Toronto Dominion (TD)
http://www.tdbank.ca/

DeepCool
http://www.deepcool.ca

Commentaires