8,8 millions de dollars pour des projets d’approvisionnement en eau en Alberta

Edmonton (Alberta), 19 mars 2008 – Les gouvernements du Canada et de l’Alberta ont annoncé que plus de 8,8 millions de dollars ont été affectés à 63 projets et études liés à l’approvisionnement en eau à usage agricole en Alberta. Cette initiative aidera le secteur agricole provincial à maintenir un approvisionnement en eau durable et abondant dans les années à venir.

L’annonce a été faite lors du congrès du printemps 2008 de l’Alberta Association of Municipal Districts and Counties par l’honorable Rona Ambrose, présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre de la Diversification de l’économie de l’Ouest canadien, au nom de l’honorable Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, ainsi que par l’honorable George Groeneveld, ministre de l’Agriculture et du Développement rural de l’Alberta. La ministre Ambrose a été également joint par M. Blaine Calkins, député de Wetaskiwin.

« Les producteurs de l’Alberta doivent avoir accès à des sources d’approvisionnement en eau fiables afin d’améliorer leur rendement à l’échelle de la ferme et au-delà de celle ci, a déclaré la ministre Ambrose. Le gouvernement du Canada franchit une nouvelle étape pour s’assurer que nos producteurs ont accès à cette ressource vitale aujourd’hui et dans l’avenir. »

Le Programme d’approvisionnement en eau Canada-Alberta (PAECA) offre un soutien technique et financier pour la mise en oeuvre de ces projets. Depuis la création du programme en 2003, plus de 11,4 millions de dollars ont été investis dans deux types d’initiatives visant à aménager des sources d’approvisionnement en eau à long terme sécuritaires : des projets d’aménagement de sources d’approvisionnement en eau destinés à plusieurs utilisateurs et des études stratégiques sur les sources d’approvisionnement en eau.

« La stratégie “De l’eau pour la vie” de l’Alberta est axée sur l’acquisition de connaissances et sur l’établissement de partenariats efficaces, a indiqué le ministre Groeneveld.

Le PAECA répond directement à ces deux objectifs. Des renseignements utiles et des infrastructures hydrauliques bien conçues sont des éléments essentiels à la prospérité des producteurs ainsi qu’à la compétitivité et à la durabilité de l’industrie agricole. »

Voici les initiatives importantes qui ont été financées :

  • 24 projets de transport, par camion-citerne, d’eau à usages multiples à l’échelle de la province, qui offrent un approvisionnement en eau sécuritaire durant les périodes de sécheresse;
  • Étude sur l’approvisionnement en eau menée par Strathcona County visant à trouver d’autres sources d’eau pour les producteurs qui s’approvisionnent actuellement par le moyen du système de traitement des eaux de la ville d’Edmonton;
  • Projet de réfection du système d’irrigation dans le district d’irrigation de la rivière Saint Mary, qui devrait être terminé cet automne;
  • Système mis en place dans le district d’irrigation du nord de Lethbridge permettant de surveiller l’utilisation et la qualité de l’eau;
  • Évaluations des eaux souterraines régionales visant à éclairer le processus de prise de décisions lié à l’aménagement et à la protection des eaux.

Le PAECA est le volet provincial du Programme national d’approvisionnement en eau (PNAE), un programme fédéral provincial servant à aider la collectivité agricole canadienne à subvenir à ses besoins en matière d’approvisionnement en eau.

Le Programme national d’approvisionnement en eau vise à offrir une aide à la collectivité agricole à l’échelle du Canada pour atténuer les risques futurs de pénurie d’eau et à répondre aux besoins quotidiens, toujours croissants, d’un secteur agricole canadien prospère, et ce, au moyen de la planification et de l’aménagement de sources d’approvisionnement en eau sécuritaires, saines et fiables.

Projets financés
Projets de transport, par camion-citerne, d’eau à usages multiples
Un grand nombre de producteurs agricoles se sont retrouvés sans un approvisionnement suffisant d’eau au cours des terribles sécheresses qui ont sévi au début des années 2000. Et, facteur aggravant, beaucoup de municipalités rurales en Alberta étaient incapables de leur donner un accès à des sources fiables d’alimentation en eau pendant ces situations d’urgence. Dans bien des cas, les producteurs ont été forcés de réduire la taille de leurs troupeaux ou de trouver d’autres sources d’approvisionnement pour leurs exploitations, ce qui les obligeait souvent à aller chercher de l’eau par camion très loin de chez eux.

Au cours des quatre dernières années, avec l’aide du Programme d’approvisionnement en eau Canada Alberta, un bon nombre de municipalités rurales ont entrepris de faire des forages exploratoires pour trouver des sources convenables d’eau souterraine à des endroits stratégiques situés sur leur territoire. Là où on a découvert des sources de bonne qualité, des installations rurales de chargement d’eau pour usage agricole ont été aménagées de façon à donner aux producteurs l’accès à des sources sûres. Les producteurs locaux et d’autres consommateurs, dont les services d’urgence, utilisent ces installations douze mois par année, et leur valeur s’accroîtra énormément en périodes de sécheresse.

Comté de Strathcona – Étude de faisabilité sur la mise en valeur de sources d’approvisionnement en eau non potable pour usages agricoles
Le comté de Strathcona fait partie du Groupe régional des consommateurs d’eau (le RWCG), qui représente 45 collectivités de la périphérie de la ville d’Edmonton; ces membres reçoivent actuellement et utilisent de l’eau potable à diverses fins, dont l’agriculture. L’approvisionnement en eau est assuré par la société EPCOR, dont la ville d’Edmonton est le propriétaire et l’exploitante.

En raison du développement rapide et de la demande d’eau au cours des dernières années, la capacité de production d’eau potable des installations de traitement d’EPCOR approche de ses limites et il est urgent d’agrandir ces installations; il faudra toutefois attendre plusieurs années avant que cet agrandissement n’ait lieu. Entre temps, on exerce des pressions afin de restreindre l’accès à l’eau de ces installations pour les besoins domestiques, ce qui prive le secteur agricole de cette source d’eau.

Ce projet a pour objectif d’explorer les possibilités qui s’offrent au comté de Strathcona et aux autres collectivités formant le RWCG pour la mise en valeur d’autres sources d’eau non potable à usages agricoles.

District d’irrigation de la rivière Saint Mary – Projet « Lateral 2 » de Medicine Hat Ouest
Le District d’irrigation de la rivière Saint Mary (SMRID) vient au premier rang des districts d’irrigation du Canada et fournit en eau les exploitants d’environ 150 000 hectares de terres situées au sud des rivières Oldman et Saskatchewan sud entre Lethbridge et Medicine Hat, en Alberta. Le SMRID entretient une infrastructure qui comprend plus de 2 060 km de canaux et de canalisations. On estime que les pertes par infiltration dans les canaux du SMRID s’établissent à plus de 14 000 acres pieds d’eau par année.

Ce projet vise à remplacer environ 8,2 km de canaux à paroi de béton par des canalisations en PVC. Ce système permettra d’alimenter plus d’une douzaine de prises d’eau pour l’irrigation ainsi que de nombreuses prises pour usages domestiques. Il entraînera d’énormes économies d’eau grâce à la plus grande efficacité d’acheminement de cette ressource et à l’élimination des dégâts causés par les infiltrations (salinisation) aux terres adjacentes aux canaux.

District d’irrigation du nord de Lethbridge – Système de commande de surveillance et d’acquisition de données (SCADA)
Dans l’énoncé de sa mission, il est prévu que le District d’irrigation du nord de Lethbridge (LNID) doit offrir à ses utilisateurs un système d’alimentation en eau le plus efficace possible au prix le plus bas, tout en assurant la bonne intendance de l’environnement et des ressources naturelles.

Le District se compose d’environ 93 100 hectares de terres qui sont situés sur la partie nord de la rivière Oldman entre les villes de Fort Macleod et de Turin, en Alberta; sur cette superficie, environ 52 600 hectares sont irrigables.

Le LNID propose d’améliorer l’efficacité de son système d’acheminement de l’eau grâce à la mise à jour de son réseau actuel de communication. À l’aide d’une technologie de pointe, il compte aménager un système de commande de supervision et d’acquisition de données (SCADA) qui remplacera le système actuel de communication, qui est périmé et n’est plus fiable.

Le projet transmettra des « données en temps réel » aux exploitants, ce qui améliorera les délais d’intervention, permettra de faire fonctionner les ouvrages à distance et donnera des alertes sur les risques de problème dans le système. Cette capacité de surveiller le système réduira de beaucoup les pertes d’eau au cours de l’année. On estime que le SCADA haussera l’efficience de l’utilisation de l’eau de plus de 36 p. 100, ou de 14 000 acres pieds au cours de la prochaine décennie.

Études d’évaluation des sources régionales d’eau souterraine – Comté de Wetaskiwin, District municipal de Taber et comté de Newell
La croissance rapide du nombre de projets de développement partout en Alberta s’accompagne d’une demande grandissante de ressources en eau pour les appuyer. Les municipalités rurales doivent prendre des décisions difficiles sur l’utilisation et l’aménagement des terres de leur territoire et un grand nombre de ces décisions auront une incidence sur les ressources en eau souterraine situées sur ce territoire.

En 2007, le District municipal de Taber et les comtés de Wetaskiwin et de Newell ont entrepris des études visant à mieux comprendre les ressources en eau souterraine potable de leur région. Ces évaluations ont pour objectif de produire une série de couches (strates) de données numériques conviviales, adaptées au SIG, qui illustreront et caractériseront ce que nous savons des nappes aquifères éventuelles d’eau potable qui se cachent dans le sous sol des municipalités.

L’exécution de ces trois études d’évaluation des nappes régionales d’eau souterraine portera le nombre total d’études menées à bien en Alberta à plus de 50; ensemble, les études couvriront une vaste partie de la province.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires