Ce n’est pas gagné pour les fromages français

L’accord économique et commercial global (AECG) est l’entente de libre-échange signée entre le Canada et l’Union européenne dont l’entrée en vigueur partielle a débuté en septembre 2017. Selon le point de vue canadien, l’entente signifie une menace pour les fromagers d’ici puisque l’accord autorise l’importation de 16 000 tonnes de plus de fromages par année qui s’ajoutent aux 13 500 tonnes déjà permises. Les droits de douanes d’environ 250% en moyenne seront réduits à zéro.

Les fromages français sont vus particulièrement comme une menace puisque la production en France est importante et diversifiée, tandis que la production locale est considérée peu outillée pour faire concurrence à des produits qui seront plus abordables.

De l’autre bout de la lorgnette, le marché canadien n’est pas vu toutefois comme étant aussi facile. Comme le montre le graphique, 16% des fromages importés au Canada proviennent de la France, ce qui en fait le 3e importateur en importance derrière les États-Unis et l’Italie. Depuis 16 ans, la quantité de fromages destiné au Canada a décliné, passant de 4440 tonnes à 3953 tonnes en 2016.

 

 

Les normes sanitaires canadiennes par rapport à la bactérie E.coli sont aussi vues comme étant draconiennes en France. Le niveau permis au Canada pour un fromage est de 500 bactéries pour un fromage au lait cru alors que le seuil d’alerte en France est de 1 000 0000. Cette norme obligera les fabricants français à s’adapter et recevoir les autorisations des autorités canadiennes qui vont jusqu’à inspecter les installations en Europe. Une fois les fromages arrivés en territoire canadien, ils sont de nouveau inspectés pour vérifier s’ils respectent les normes.

Les licences d’importations pourraient aussi représenter un obstacle puisque la moitié des 90 licences ont été attribuées à des fabricants de fromages qui pourraient bien décider de les revendre ou de ne pas les utiliser.

Reste que le marché québécois demeure un marché enviable avec 50% de la consommation de fromages du pays qui se fait dans la Belle Province, soit 18 kilos de fromage par personne par année contre 7 kilos dans l’ouest du pays.

Source: Les Échos

Commentaires