À chaque équipement sa boîte noire

Une longue journée à presser des balles de foin tire à sa fin. En rentrant à la ferme, votre téléphone vibre : il vous rappelle de prendre une lecture du compteur de la presse et vous invite à noter le nombre de balles pressées, à même l’écran du téléphone.

La ferme intelligente, c’est pour bientôt!

En novembre dernier, Le Bulletin des agriculteurs vous présentait le carnet de champ électronique AgPad, développé par deux jeunes agriculteurs du Lac-Saint-Jean. Voici que Nicolas Lavoie et Guillaume Dallaire sont au Salon de l’agriculture à Saint-Hyacinthe pour présenter les prototypes des fameuses « boîtes noires » qui pourraient propulser votre plus vieille presse à l’ère du cloud farming.

Les concepteurs d’AgPad savent très bien que même si de plus en plus d’agriculteurs ont un téléphone intelligent, très peu d’entre eux prendront l’habitude de noter toutes leurs interventions au champ. Il faut donc trouver des moyens d’automatiser la prise de notes.

« Quand il travaille, le producteur est pressé et il ne pense pas nécessairement à la collecte d’information. On veut simplifier cette collecte », affirme Nicolas Lavoie.

Prototype d'un boîte noire d'AgPad

Prototype d’un boîte noire d’AgPadQuand il travaille, le producteur est pressé et il ne pense pas nécessairement à la collecte d’information. On veut simplifier cette collecte », affirme Nicolas Lavoie.

Le concept des boîtes noires est étonnamment simple. Elles contiennent essentiellement un GPS, une antenne et un petit ordinateur. On l’installe sur n’importe quel équipement, tiré par un tracteur ou pas, peu importe l’âge de cet équipement.

Par exemple, sur un semoir : la boîte noire enregistrera les heures d’utilisation et les positions géographiques pendant l’utilisation. Lorsque le semoir rentre à la ferme, sa boîte noire transmet ces informations par signal Wi-Fi à un téléphone intelligent ou à l’ordinateur de la ferme. Les données des dates de semis pour chaque champ sont donc générées et archivées automatiquement.

Encore plus loin
L’automatisation peut aller un cran plus loin, par exemple, en se connectant directement sur le compteur de balles d’une presse à foin. En plus des heures d’utilisation et de la position géographique, on aura un bilan de la production journalière, sans même qu’un humain soit intervenu.

« La plupart des équipements ont maintenant des lumières obligatoires, alors dès qu’un équipement est attaché au tracteur, sa boîte noire pourrait émettre un signal d’activité », illustre Nicolas Lavoie.

Ces boîtes noires développées par AgPad sont stade de concept et sont en utilisation sur les fermes de leurs concepteurs. « Le défi, c’est de traiter toute l’information », reconnaît Nicolas Lavoie. « Tout est possible, mais il reste à voir qu’est qu’on mettra en marché. »

Pour rencontrer Nicolas Lavoie ou Guillaume Dallaire au Salon de l’agriculture, rendez-vous au kiosque d’Innotag.

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires