Agropur est à la croisée des chemins avec des profits records

Drummondville (Québec), 15 février 2001 – Climat tendu mercredi à la 62e assemblée générale annuelle d’Agropur à Drummondville. Tellement qu’on s’interrogeait ouvertement sur l’avenir de la coopérative laitière, malgré une année financière record.

Reconfirmé dans ses fonctions pour une 10e année, le président du c.a., Jacques Cartier, a déploré le fait que la « paix sociale » qui s’était établie au cours des dernières années a été rompue en 2000.

L’achat récent des activités de lait et de fromage de la coopérative d’Agrifoods International de Vancouver par Saputo – une compagnie publique – n’a en rien aidé la situation.

« On était aussi intéressé par Agrifoods, mais elle ne nous a pas donné la chance de l’acquérir. Il aurait fallu injecter 150 millions $ en capital. Mais c’était impensable de demander du financement aux sociétaires et d’aller en chercher », a indiqué le chef de la direction, Claude Ménard.

« Il va falloir se demander si on veut encore d’une coopérative au Québec, a déclaré M. Cartier. Il va falloir y penser, mais pas cette année, car tout est trop sensible. »

Même si Agropur a enregistré un sommet de rentabilité en 2000, les relations sont loin d’être au beau fixe entre les sociétaires. Au centre du débat: le dossier du lait d’exportation. Une proposition présentée mercredi à l’assemblée voulait d’ailleurs que les membres d’un comité ad hoc soient expulsés de la coopérative. C’est ce comité qui a piloté l’automne dernier une importante pétition de 3000 noms. Le but: laisser les sociétaires libres de choisir leur contrat d’exportation entre un babillard commun et Agropur.

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Rémi Trudel, a décrété en décembre que le lait destiné à l’exportation serait offert aux transformateurs par un seul canal, le babillard.

Les quatre producteurs agricoles à l’origine de la proposition affirment que « l’attitude et les propos de ces producteurs (comité ad hoc) ont eu pour objet de porter atteinte à la crédibilité de la Coopérative et de miner la confiance des membres envers cette dernière ».

« C’est une façon (la pétition) de s’exprimer durant l’année », a fait valoir un sociétaire. « Ils ont fait leur travail et ils ont gagné leur point, ça fait partie de la démocratie », a rétorqué un autre, sous les murmures approbateurs de l’assemblée.

La proposition a finalement été rejetée de façon majoritaire à l’issue d’un vote secret. Les producteurs ont ainsi pu demeurer dans les rangs.

Autre signe de malaise: une deuxième proposition présentée mercredi voulait que le conseil d’administration d’Agropur demande au ministre de l’Agriculture du Québec de mettre en place un processus de réforme qui exclurait les sociétaires de la Fédération des producun sociétaire délégué. Ça devrait être mis à l’étude en région pour que l’ensemble des producteurs puissent en débattre.

Après quelques échanges colorés, cette proposition a rallié l’ensemble des producteurs laitiers présents et s’inscrira du coup dans le prochain exercice de planification stratégique.

Le conseil d’administration est demeuré neutre tout au long de ces débats.

Côte financier, par contre, le bilan est nettement plus rose. Agropur a enregistré en 2000 un excédent net record avant ristournes (profit) de 32,8 Millions $: une augmentation de 10 millions $ comparativement à l’année précédente. Les revenus s’élèvent pour leur part à 1,5 milliards $, en hausse de 4,8 pour cent. L’acquisition de Lactel en décembre devrait porter le chiffre d’affaires à 1,8 milliards $.

Source : Presse Canadienne

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires