Aide aux producteurs de l’ Ï.-P.-É. : approximativement 50 millions de dollars disponibles

Ottawa (Ontario), 13 mars 2001 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a affirmé que le gouvernement du Canada est à mettre la dernière main aux discussions avec l’Île-du-Prince-Édouard relativement aux mesures d’aide pour les producteurs de pommes de terre de la province. Si l’on tient compte des fonds déjà versés et de la participation provinciale, les producteurs pourraient avoir accès à près de 50 millions de dollars.

Le ministre a annoncé jusqu’à 12,6 millions de dollars en fonds fédéraux supplémentaires visant à aider les agriculteurs à éliminer les excédents de pommes de terre qui se sont accumulés dans le sillage des restrictions à l’importation imposées par les États-Unis. Il a déclaré que le gouvernement fédéral espérait que la province contribuerait au fonds fédéral, mettant ainsi plus de 25 millions de dollars accessibles afin d’aider les producteurs à couvrir les coûts pour éliminer les surplus par le biais de méthodes écologiques.

Le ministre a souligné qu’il était important que les agriculteurs suivent le plan d’élimination établi par la province et qu’un approche globale, contrôlée et coordonnée soit adoptée.

En plus des fonds consentis à l’écoulement des pommes de terre, M. Vanclief a annoncé que des fonds fédéraux allant jusqu’à 1,5 million de dollars permettraient à ce que les surplus de pommes de terre de l’Île soient distribués aux banques alimentaires à travers le Canada.

Les fonctionnaires fédéraux et provinciaux vont commencer sans délai les discussions pour finaliser les mesures d’aide qui s’offrent aux producteurs.

« Les producteurs de l’Île-du-Prince-Édouard traversent une période difficile, a mentionné M. Vanclief. Le gouvernement du Canada est conscient de cela et s’engage à les aider à surmonter leurs difficultés. »

En plus de l’annonce d’aujourd’hui, M. Vanclief a mentionné que l’Î.-P.-É. recevra 5,4 millions de dollars en aide fédérale supplémentaire provenant du fonds d’aide d’urgence destiné aux agriculteurs canadiens qui a été annoncé plus tôt ce mois-ci. Avec la participation provinciale, cette aide s’élève à neuf millions de dollars pour l’Î.-P.-É.; la province pourrait verser directement cette somme aux producteurs de pommes de terre touchés.

Le ministre a également indiqué que les producteurs dont les marges brutes sont inférieures à 70 pour cent de leur moyenne historique seraient dédommagés par le truchement du Programme canadien du revenu agricole (PCRA). On estime que le programme versera 19 millions de dollars aux producteurs de l’Île, une grande partie de ce montant allant aux producteurs de pommes de terre.

Les États-Unis ont fermé leurs frontières aux pommes de terre de l’Î.-P.-É. le 31 octobre dernier (2000) après que le gouvernement du Canada eut mis en place des mécanismes de contrôle pour limiter la propagation de la gale verruqueuse de la pomme de terre qui s’était déclarée dans un seul champ, et eut avisé les États-Unis de ces mesures. Depuis lors, le gouvernement du Canada a fait de son mieux pour montrer aux États-Unis que les mesures de contrôle canadiennes se fondaient sur des principes scientifiquement valables et qu’un grand nombre de motifs scientifiques militaient en faveur d’une levée des restrictions américaines.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires