Aide à un centre de transformation de la viande du Bas-Saint-Laurent

Saint-Gabriel-de-Rimouski (Québec), 23 septembre 2008 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec et député de Frontenac, M. Laurent Lessard, annonce, au nom du gouvernement du Québec, l’attribution d’une aide financière de près de 440 000 dollars pour appuyer la construction du Centre de transformation de la viande du Bas-Saint-Laurent, à Saint-Gabriel-de-Rimouski.

Dès décembre prochain, le Centre transformera, entre autres choses, de l’agneau du Bas-Saint-Laurent, ainsi que du boeuf. Mentionnons que la région du Bas-Saint-Laurent, grâce à ses 209 entreprises, est celle qui fournit le plus d’agneaux au Québec en assurant 32 % de la production provinciale.

« La création de ce centre permettra de répondre à la demande croissante des restaurateurs, des détaillants et des consommateurs qui recherchent les produits ovins et bovins d’ici. Je suis fier d’aider la région à se doter d’une infrastructure moderne et performante qui permettra notamment de garantir la sécurité des aliments par l’implantation d’un système de traçabilité efficace et de mettre en place la certification HACCP », a déclaré le ministre Laurent Lessard.

Depuis la fin de l’année 2007, les promoteurs ont pu mettre au point des produits à valeur ajoutée et prendre le pouls du marché pour ces nouveaux produits, grâce à l’incubateur d’entreprises agroalimentaires du Centre de développement bioalimentaire du Québec de La Pocatière.

Une contribution au développement économique régionalLe Centre de transformation de la viande du Bas-Saint-Laurent s’est donné comme objectif de transformer, d’ici trois ans, au minimum 240 agneaux et 47 bouvillons hebdomadairement. Outre la découpe d’ovins et de bovins, il offrira de la charcuterie et des mets préparés pour les marchés moyen et haut de gamme.

« Le Centre distribuera ses produits dans les grandes chaînes d’alimentation, dans l’est du Québec, au Nouveau-Brunswick et dans certains points de vente de la région de Montréal, ce qui constituera un apport appréciable au développement économique et au rayonnement de la région. Sans oublier la création, d’ici trois ans, d’une vingtaine d’emplois supplémentaires », a tenu à souligner le ministre Lessard.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires