Alex Couture : le ministère de l’environnement continue de suivre la situation de très près

Québec (Québec), 18 septembre 2002 – « Je suis particulièrement sensible aux représentations formulées par les citoyennes et citoyens et je tiens à les rassurer sur la volonté inébranlable du ministère de l’Environnement de tout
mettre en oeuvre pour que la qualité de l’environnement soit pleinement
restaurée dans l’arrondissement municipal où est établie l’entreprise Alex
Couture inc. ».

C’est en ces mots que le ministre d’Etat aux Affaires municipales et à la

Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, a réagi aux
affirmations du Comité de citoyens pour un environnement sain en Chaudière-
Etchemin (CCESCE) quant au bilan qu’il dresse, jusqu’à maintenant, de
l’efficacité du programme d’assainissement mis en oeuvre par l’entreprise Alex
Couture inc.

Du même souffle, M. Boisclair réitère que son Ministère se loge à l’enseigne de l’action quant au suivi des activités de l’entreprise et rappelle que des gains environnementaux très significatifs ont été réalisés depuis l’été 2001. Ces gains s’illustrent notamment par la diminution marquée
du nombre de signalements de mauvaises odeurs effectués après la période de
rodage de l’incinérateur, installé dans le cadre du programme
d’assainissement. Ainsi, au mois d’août 2002, les signalements furent quatre

fois moins nombreux qu’en août 2001 et ce, bien que certains citoyens ont pu,
au cours d’une même journée, formuler plusieurs plaintes. De plus, l’intensité
des odeurs perçues, tel que l’a vérifié le ministère de l’Environnement depuis
le printemps, est en nette régression.

Par ailleurs, les mauvaises odeurs sont principalement perçues dans les
quartiers des Personnalités, de la Musique et du Patrimoine ferroviaire, d’où
proviennent 65 % des plaintes. Le ministère de l’Environnement accorde la plus
grande importance aux plaintes qui lui signalent ces mauvaises odeurs et
effectue, chaque fois, tous les contrôles requis.

Suivi de la situation

Quant au suivi de la situation, le ministre Boisclair a d’abord rappelé
que plusieurs mesures permettant le suivi des odeurs dans l’air ambiant à
l’extérieur de la propriété de l’usine ont été ou seront mises en oeuvre.

Ainsi, deux stations d’échantillonnage, installées et fonctionnelles
depuis le 3 mai 2002, permettent de suivre aux quatre minutes les
concentrations de composés de soufre réduit totaux et de sulfure d’hydrogène.
Notons que ces deux gaz sont considérés comme de bons traceurs d’odeurs. Les
résultats obtenus jusqu’à maintenant confirment que les concentrations
détectées sont très basses et ne révèlent aucun dépassement de la norme
applicable. Ainsi, pour le sulfure d’hydrogène, la valeur horaire la plus
haute obtenue est de 4,2 ppb (partie par milliard), alors que la norme est de
10 ppb. Ces données d’échantillonnage sont transmises régulièrement à la
Direction régionale de la santé publique de Chaudière-Appalaches, pour que
celle-ci puisse les analyser et formuler un nouvel avis de santé publique
concernant les émissions d’odeurs provenant de l’usine Alex Couture.

De même, le ministère de l’Environnement effectue un suivi assidu des
travaux qui ont été réalisés à l’usine Alex Couture inc. dans le cadre du
programme d’assainissement. A cet égard, la Direction régionale de la
Chaudière-Appalaches effectue une inspection aux deux semaines à l’usine et
s’assure que tous les équipements d’épuration installés fonctionnent de
manière adéquate.

L’entreprise Alex Couture inc. doit également procéder cet automne à
l’échantillonnage des émissions atmosphériques provenant de ses équipements.
Cette exigence est issue des autorisations délivrées par le ministère de
l’Environnement dans le cadre de la réalisation du programme d’assainissement.
Ainsi, Alex Couture inc. doit échantillonner les émissions de son nouvel
épurateur thermique et de ses biofiltres, afin de démontrer le respect des
différentes normes établies par le Règlement sur la qualité de l’atmosphère.
Pour l’épurateur thermique, les paramètres analysés seront la charge d’odeur
par seconde, les oxydes d’azote (NOx), l’anhydride sulfureux (SO2) et les
matières particulaires; pour les biofiltres, les vérifications porteront
exclusivement sur les degrés d’odeurs émises.

Révision réglementaire

M. Boisclair rappelle par ailleurs que son Ministère procède actuellement
à une révision de son approche réglementaire en matière de protection de la
qualité de l’atmosphère. C’est dans ce contexte que l’on évalue la
recommandation formulée en mars 2002 par la Direction régionale de la santé
publique de Chaudière-Appalaches, qui voudrait, chez Alex Couture inc., la
mise en place d’une technologie afin de rencontrer le plus rapidement possible
un seuil de concentration-odeur de 1 degré d’odeur par mètre cube (1 u.o./m3)
à l’extérieur du terrain de l’usine.

Gains significatifs

« Le programme d’assainissement déposé par l’entreprise Alex Couture inc.,
que j’ai approuvé le 20 novembre 2001, a permis de réaliser des gains
significatifs au cours de l’été 2002. Les citoyennes et citoyens du secteur de
Charny peuvent compter sur moi pour faire en sorte que ces gains soient là
pour rester et que les objectifs du programme d’assainissements soient
atteints », a conclu M. Boisclair.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires