Annonce et mise en oeuvre de l’Entente spécifique sur le développement durable de l’agroalimentaire en Outaouais

Gatineau (Québec), 11 octobre 2005 – Lors de la conférence de presse qui s’est tenue dans les locaux de la Conférence régionale des élus de l’Outaouais, le ministre responsable de la région de l’Outaouais et député de Chapleau, M. Benoît Pelletier, a annoncé, au nom du gouvernement du Québec, la signature et la mise en ouvre de l’Entente spécifique sur le développement durable de l’agroalimentaire en Outaouais 2005-2008.

Outre le ministre Benoît Pelletier, les signataires de l’Entente sont les titulaires du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, du ministère des Affaires municipales et des Régions ainsi que de la Conférence régionale des élus de l’Outaouais (CREO).

L’Entente prévoit l’injection de 510 000 $ par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. « Cet engagement financier traduit clairement la volonté de notre gouvernement de soutenir les efforts du monde agroalimentaire de l’Outaouais pour faire de ce secteur un levier économique fort sur l’ensemble du territoire, dynamisant pour le milieu et créateur d’emplois », a souligné le ministre Benoît Pelletier. Une somme de 510 000 $ sera également versée par la CREO.

Les priorités de l’Entente
De façon concrète, cette entente contribuera au développement et à la diversification des entreprises. Elle permet de soutenir les projets liés à la transformation alimentaire et à la promotion des produits régionaux et des produits de niche, éléments importants associés au développement agroalimentaire régional. Elle reconnaît par ailleurs la nécessité d’encadrer le développement du secteur par des ressources spécialisées, particulièrement sur le plan de la recherche et développement, de l’appui technique, de la formation et de la concertation régionale.

Mentionnons que le secteur agroalimentaire occupe une place appréciable dans l’économie régionale de l’Outaouais. L’industrie génère un PIB de 290 millions de dollars assorti de 13 300 emplois, soit 8 % de tous les emplois de la région. Elle compte également plus de 1 000 entreprises agricoles, soit 4 % des entreprises agricoles du Québec. La production bovine de type vache-veau arrive au premier rang en importance.

M. Pelletier a ajouté : « Les perspectives de développement de la transformation des aliments sont excellentes et l’industrie touristique, en plein essor, entraîne une demande grandissante pour les produits régionaux et les produits de niche. Il n’est pas étonnant, à la lumière de ces données, que le secteur agroalimentaire fasse partie du prochain plan quinquennal pour la période 2006-2011 de la Conférence régionale des élus. »

Le ministre a également salué le travail de concertation et de collaboration des principaux acteurs du milieu qui sont parvenus à cette entente.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires