BASF pourrait faire une offre sur Monsanto

France, 21 novembre 2001 – Le retournement de conjoncture dans l’industrie chimique a laissé des traces dans les résultats de BASF, mais n’empêche pas le numéro un européen du secteur de poursuivre une stratégie offensive. BASF entend « jouer un rôle actif » dans la consolidation de l’industrie, a indiqué au Handelsblatt Jürgen Hambrecht, membre du directoire du groupe allemand. Mais la compagnie entend utiliser ses capacités financières sélectivement en vue d’acquisitions. « Nous avons l’intention d’avancer à pas mesurés pour renforcer nos positions », a déclaré Jürgen Hambrecht. La consolidation ne passe d’ailleurs pas forcément par des achats. D’autres solutions peuvent être envisagées, telles que des accords de fourniture ou la construction en commun de sites de production comme le vapocraqueur construit au Texas avec TotalFinaElf . « Tout ce qui est possible dans la limite de la législation antitrust doit être mis en oeuvre », selon le dirigeant.

Si la stratégie de prudence de BASF cadre avec la tendance du secteur, le groupe dispose néanmoins de ressources financières très importantes. Annoncée mi-décembre 2000, la vente de sa pharmacie à l’américain Abbott lui a en effet rapporté 6,9 milliards de dollars (7,7 milliards d’euros). En conséquence, BASF, qui s’est fait souffler début octobre Aventis CropScience par son compatriote Bayer (une opération de 7,25 milliards d’euros), pourrait faire l’année prochaine une offre de reprise sur le groupe américain d’agrochimie Monsanto. Pharmacia, actionnaire majoritaire de Monsanto, souhaiterait en effet céder sa participation, après avoir introduit en Bourse en octobre 2000 les seules activités agricoles du groupe du même nom.

Il n’en demeure pas moins que le climat actuel des affaires oblige les compagnies à revoir à la baisse leurs programmes d’investissements. BASF a annoncé en juin la fermeture de 14 sites de production et, pour la première fois en dix ans, quelque 60 unités de production du site de Ludwigshafen arrêteront leurs activités pendant deux semaines. Fin octobre, la direction du groupe avait averti que BASF n’atteindrait pas son objectif de croissance de 10% en moyenne de son bénéfice opérationnel sur la période 2000-2002, compte tenu de la dégradation des perspectives économiques depuis les frappes terroristes du 11 septembre aux Etats-Unis.

Source : Les Échos

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Aventis CropScience

http://www.ca.cropscience.aventis.com/

BASF

http://www.basf.com/

Bayer

http://www.bayer.com/

Monsanto

http://www.monsanto.com/

Commentaires