Nouveautés en phytoprotection pour la saison 2019

Voici les nouveautés en produits de phytoprotection pour la prochaine saison de maïs et de soya.

Les récentes acquisitions/fusions parmi ces derniers affectent la distribution de certains produits. Qu’on songe à Dow/Dupont qui est devenu Corteva délaissant une partie des herbicides à céréales à FMC Corporation. Bayer lègue une partie de son portfolio à BASF (iLevo, Liberty, Ignite). La plupart de ces produits demeurent disponibles aux producteurs, mais sous une différente bannière.

Une nouvelle réglementation en place depuis le printemps 2018 a aussi changé la façon d’utiliser certains pesticides. Ainsi, pour la saison 2019, une justification agronomique doit accompagner la prescription de pesticide contenant de l’atrazine, du chlorpyrifos, et les néonicotinoïdes, clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame. De plus, les semences traitées avec les néonicotinoïdes sont considérées dans une nouvelle classe de pesticides (3A) et doivent respecter les mêmes précautions concernant les distances séparatrices et les techniques d’application.

Voici les nouveautés pour le maïs et le soya.

Herbicide maïs : Acuron (Syngenta)

En 2019, Acuron est maintenant homologué pour la suppression de la vergerette du Canada et de l’amarante rugueuse résistantes au glyphosate. « On suspecte l’arrivée de ces mauvaises herbes du sud des États-Unis par les achats de machineries usagées provenant de ces régions », rapporte Eric Boulerice, représentant chez Syngenta. L’herbicide Acuron offre une suppression de plusieurs mauvaises herbes à feuilles larges et graminées coriaces afin de garder les champs propres et de protéger le potentiel de rendement. En combinant les matières actives de l’herbicide Lumax EZ au bicyclopyrone, Acuron procure une activité améliorée contre le chénopode blanc et la petite herbe à poux en plus d’une répression accrue du millet commun. Avec un total de quatre matières actives et de trois modes d’action, Acuron diminue le risque de développement de la résistance des mauvaises herbes. Il offre aussi une fenêtre d’application flexible de la prélevée jusqu’au stade de 6 feuilles et diverses doses d’utilisation.

Herbicide maïs : Converge Flexx (Bayer)

« Le Converge Flexx sera disponible en quantité suffisante pour répondre à la demande », affirme Alexandre Tessier, gérant de territoire pour Bayer. La nouvelle réglementation concernant l’utilisation de l’atrazine a créé une rareté lors de la saison de croissance 2018. L’herbicide offre un contrôle résiduel pour les graminées et certaines feuilles larges. Appliqué en prélevée jusqu’au stade trois feuilles du maïs, il est compatible avec plusieurs mélanges en réservoir.

Herbicide soya et maïs : Elevore (Corteva)

Elevore contient du halauxifène ou Arylex active. C’est un herbicide appartenant au groupe 4 pour le brûlage en présemis seulement. Il agit sur les mauvaises herbes à feuilles larges, même celles résistantes au groupe 2 (ALS) et au groupe 9 (glyphosate), dont la vergerette du Canada et la petite herbe à poux. « L’action systémique de cet herbicide élimine la repousse. Lorsque le produit est appliqué après la levée des mauvaises herbes, la suppression est réelle et complète », mentionne Lisanne Émond, agronome Corteva AgriScience. C’est un herbicide polyvalent avant le semis du soya ou du maïs pour les systèmes de production conventionnel, Roundup Ready, Enlist ou Xtend.

Insecticide soya Fortenza (Syngenta)

Pour la saison de croissance 2019, l’insecticide Fortenza (groupe 28) – un traitement des semences de soya non-néonicotinoïde est disponible pour lutter contre le hanneton européen, le hanneton, le ver fil-de-fer et la mouche des semis. « La présence des insectes dans les champs de soya est souvent sous- estimée », explique Martin Lanouette, gérant de territoire chez Syngenta. Combiné avec la protection éprouvée de Vibrance Maxx, il permet d’obtenir en plus la maîtrise d’un large spectre de maladies, dont la pourriture des semences, la brûlure des semis, la fonte des semis (pré et postlevée) et la pourriture des racines en début de saison dans les variétés tolérantes au phytophthora.

Herbicide soya : Roundup Xtend et XtendiMax (Bayer)

Les herbicides Roundup Xtend (glyphosate et dicamba) ainsi que XtendiMax (dicamba) seront disponibles en format de 450 litres pour la prochaine saison. « Ils sont destinés aux producteurs qui utilisent la technologie Xtend sur de plus grandes superficies », précise Alexandra Desjourdy, directrice de comptes pour l’est de l’Ontario et le Québec.

Insecticide soya : Sefina (BASF)

Sefina est un insecticide pour maîtriser le puceron du soya. Sa grande fenêtre d’application s’étend du stade de la levée de la culture jusqu’à la pleine maturité. Son ingrédient actif est l’afidopyropène appartenant au groupe chimique 9D. « Il s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de lutte intégrée contre les ravageurs », ajoute Jean-François Foley, agronome chez BASF. Le dépistage et les seuils d’intervention sont des étapes essentielles pour une utilisation optimale. Il ne faut pas effectuer plus de deux applications séquentielles de Sefina avant d’utiliser un autre insecticide doté d’un mode d’action différent.

Herbicide soya : Statue (Nufarm)

Herbicide à base de clethodim pour le contrôle des graminées dans le soya. « Il est tout indiqué pour le contrôle du maïs spontané Enlist dans un système de production de soya avec la même technologie », explique Gilbert Brault, directeur commercial pour le Québec. L’utilisation d’un adjuvant comme le Carrier est obligatoire. Plusieurs possibilités pour des mélanges en réservoir afin de couvrir les feuilles larges.

Herbicide soya : Tavium avec technologie VaporGrip (Syngenta)

En nouveauté pour 2019, l’herbicide Tavium avec technologie VaporGrip pour les soyas Roundup Ready 2 Xtend. Tavium est le seul prémélange de dicamba et S-metolachlor offrant une maîtrise résiduelle des graminées. Il est également coriace sur la vergerette du Canada, la grande herbe à poux et la petite herbe à poux résistante au glyphosate. « L’application en prélevée diminue grandement les risques de dérive sur les cultures sensibles tout en favorisant un contrôle hâtif des mauvaises herbes », ajoute Éric Boulerice, représentant chez Syngenta.

Traitement de semences maïs : Acceleron B-300 SAT et Acceleron B-360 ST (LCO) (Bayer)

Acceleron B-300 SAT est produit à partir d’une moisissure naturellement présente dans le sol, Penicillium bilaiae. Ce champignon colonise les racines des plantes et libère les nutriments du sol, comme le phosphate. Des plants plus vigoureux en début de saison ont un potentiel plus élevé de rendement en fin de saison. Acceleron B-360 ST (LCO) facilite la colonisation par les mycorhizes. Ceci résulte en une augmentation du volume des racines fonctionnelles et une meilleure absorption de l’eau et des nutriments. « Ces biostimulants sont disponibles pour les hybrides Dekalb en 2019 », précise Alexandra Desjourdy, directrice de comptes pour l’est de l’Ontario et le Québec.

Traitement de semences soya : Lumisena (Corteva)

Nouveau traitement fongicide pour les semences de soya. Lumisena est doté d’un tout nouveau mode d’action pour offrir la meilleure protection qui soit contre le pourridié phytophthoréen et le mildiou. Le fongicide agit à la fois pour supprimer la pourriture des semences, la fonte des semis en prélevée et la fonte des semis en postlevée, causé par phytophthora sojae.

 

à propos de l'auteur

Johanne Van Rossum's recent articles

Commentaires