Beaucoup de producteurs sacrifient le rendement dans leur maïs tolérant au glyphosate

Mississauga (Ontario), 2 mai 2008 – Selon une recherche complétée en 2007, par DuPont, beaucoup de producteurs sacrifient le rendement dans leur maïs tolérant au glyphosate parce qu’ils attendent trop tard pour arroser afin de maîtriser les mauvaises herbes.

« En Ontario, environ deux tiers des producteurs de maïs tolérant au glyphosate attendent que toutes les mauvaises herbes soient sorties pour arroser. Au Québec, plus de 96 % des producteurs n’appliquent pas d’herbicide jusqu’à ce que toutes les mauvaises herbes soient sorties » de dire Steve Balubal, directeur de produits pour le maïs et le soya, chez DuPont. Il poursuit : « En général, ils arrosent trop tard pour optimiser le rendement parce qu’ils ne maîtrisent pas les mauvaises herbes durant les stades critiques de 3 à 4 feuilles de la culture ».

Chez ceux qui n’utilisent que le glyphosate pour maîtriser les mauvaises herbes dans le maïs tolérant au glyphosate, tout revient à choisir le bon moment pour appliquer. Puisque le glyphosate n’a pas d’activité résiduelle, beaucoup de producteurs préfèrent attendre aussi longtemps qu’ils peuvent pour essayer d’éviter d’arroser deux fois.

Toutefois, des recherches indépendantes, menées par une université et le gouvernement, démontrent que pour aider à maximiser le rendement les producteurs doivent maîtriser les mauvaises herbes avant le stade 3 ou 4 feuilles du maïs tolérant au glyphosate. En 2006, dans leur étude sur le maïs tolérant au glyphosate, Hamil et Sikkema ont démontré qu’en présence de mauvaises herbes, le fait de retarder le désherbage après le stade 3 feuilles pénalise grandement le rendement1.

Des comparaisons avec Galaxie mc, chez les producteurs, démontrent des rendements améliorés par rapport au glyphosate utilisé seul*

Steve Balubal ajoute : « Des comparaisons côte à côte effectuées par les producteurs ont révélé que les champs traités avec Galaxiemc ont donné en moyenne 279 kg/acre de plus que ceux traités avec le glyphosate seul* ».

Les essais ont été effectués en 2007, Galaxiemc a été appliqué entre les stades 2 et 4 feuilles de la culture, le moment optimal pour appliquer le produit. Les résultats furent comparés à ceux obtenus d’une seule application de glyphosate effectuée au stade 6 feuilles ou plus tard, lorsque la plupart des producteurs appliquent leur glyphosate.

Guy Noiseux de St-Jean Baptiste de Rouville au Québec est l’un des producteurs qui ont participé aux essais de Galaxiemc. « Normalement, j’attendais que toutes mes mauvaises herbes soient sorties avant d’appliquer le glyphosate » de dire Guy Noiseux. Il continue : « Galaxiemc m’a permis d’appliquer plus tôt et de tuer les mauvaises herbes avant qu’elles puissent réduire mon rendement. Je suis content de voir que les champs où j’ai utilisé Galaxiemc m’ont donné 230 kg de plus à l’acre que ceux où j’ai utilisé le glyphosate seul ».

Steve Balubal explique : « L’activité résiduelle de Galaxiemc permet aux producteurs d’arroser plus tôt et de compter sur elle pour maîtriser les mauvaises herbes qui sortent plus tard. Cette façon de faire évite à la culture la concurrence des mauvaises herbes durant la période critique sans mauvaises herbes (PCSMH). Le tout aboutit sur des rendements améliorés ».

DuPont a mis Galaxiemc sur le marché en 2007. Il offre une maîtrise résiduelle et plusieurs modes d’action durant la période d’application allant de tôt jusqu’au milieu de la fenêtre d’arrosage de postlevée.

DuPont est une entreprise de haute technologie offrant des produits et des services. Fondée en 1802, DuPont fait appel à la science pour créer des solutions durables essentielles, afin que partout dans le monde, les gens vivent mieux, plus en sécurité et plus en santé. Exerçant ses activités dans plus de 70 pays, DuPont offre un vaste éventail de produits et de services novateurs à des marchés qui incluent l’agriculture, l’alimentation, l’électronique, les communications, et le transport.

* En 2007, à la demande de DuPont, les producteurs effectuent des comparaisons côte à côte.
1 Hamil, AAFC & Sikkema, Ridgetown College,

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

DuPont Canada – Produits agricoles
http://www.dupont.ca/ag/

Commentaires