Bilan de la participation du Québec à la rencontre des ministres des pêches et de l’aquaculture

Québec (Québec), 12 octobre 2005 – À l’issue de la réunion annuelle du Conseil canadien des ministres des pêches et de l’aquaculture, qui s’est tenue à Saskatoon, M. Daniel Bernard, adjoint parlementaire du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, a fait le point sur les principaux enjeux qui ont été discutés et les positions exprimées par le Québec lors de cette réunion.

D’entrée de jeu, M. Bernard a mentionné que le Québec souhaite être davantage consulté par le ministère des Pêches et des Océans du Canada avant que celui-ci ne prenne des orientations et des décisions relativement à la gestion des ressources halieutiques qui ont des répercussions économiques importantes dans nos communautés maritimes.

Reprenant l’exemple de la situation vécue actuellement dans le secteur de la crevette, M. Bernard a réclamé une participation accrue du ministre fédéral dans la détermination et la mise en ouvre de solutions en réponse aux demandes des intervenants du secteur, lesquelles visent notamment un allégement du fardeau financier des pêcheurs par une baisse des coûts relevant de la compétence fédérale.

« La réunion du Conseil canadien des ministres des pêches et de l’aquaculture doit devenir un véritable forum de concertation et de décision. Le Québec entend y jouer un rôle essentiel pour la défense des intérêts de l’industrie des pêches et de l’aquaculture d’ici », a indiqué M. Bernard.

Avec l’appui des ministres des provinces maritimes, l’adjoint parlementaire a souligné l’importance de pouvoir discuter plus fréquemment des enjeux de l’industrie dans le cadre du Conseil des ministres des pêches et de l’aquaculture de l’Atlantique.

« Lors de la rencontre, le Québec et les provinces de l’Atlantique ont particulièrement insisté sur l’importance d’accélérer les travaux devant conduire à l’élaboration et à la mise en ouvre d’un accord-cadre dans le secteur de l’aquaculture. Cette entente vise notamment à renforcer la compétitivité de cette activité », a ajouté M. Bernard.

Ce dernier a par ailleurs conclu en ces termes : « Je tiens à souligner que des progrès sont à réaliser dans plusieurs dossiers dont les retombées sont significatives pour les régions maritimes du Québec. Je pense à la révision de la Loi sur les pêches, à la rationalisation du secteur de la morue, à la professionnalisation de la pêche ainsi qu’aux parts régionales de morue dans le sud du golfe et aux parts de loup marin.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires