Budget Marois : 46 millions additionnels pour le secteur bioalimentaire

Québec (Québec), 3 avril 2001 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau, se réjouit du montant additionnel de 46 millions de dollars destiné au secteur bioalimentaire annoncé dans le Discours sur le budget par la ministre d’État à l’Économie et aux Finances, Mme Pauline Marois. « Les sommes annoncées viennent confirmer l’importance de l’industrie bioalimentaire dans la stratégie gouvernementale de relance des régions-ressources », a déclaré le ministre Arseneau.

La qualité et la sécurité des aliments : une priorité
De cette somme, 21,5 millions de dollars, répartis sur quatre ans, permettront au MAPAQ d’instaurer, en collaboration avec l’industrie, un système de traçabilité afin de pouvoir suivre les aliments de la ferme jusqu’à la table.

« L’implantation de la traçabilité des aliments tout au long de la chaîne alimentaire sécurisera les consommateurs quant à l’origine des produits et permettra, le cas échéant, d’identifier efficacement la source des problèmes, améliorant ainsi la protection de la santé publique », a précisé M. Arseneau.

L’amélioration de la qualité de l’environnement

Le gouvernement entend également accentuer son appui aux entreprises agricoles afin d’améliorer la qualité de l’environnement. Ainsi, 9 millions sur trois ans seront versés au ministère de l’Environnement afin de favoriser l’implantation de diverses mesures environnementales telles que la certification et le développement de technologies vertes.

La mise en valeur du potentiel bioalimentaire des régions-ressources
Par ailleurs, les régions-ressources qui misent sur le secteur bioalimentaire, notamment pour favoriser la création d’emplois, pourront compter sur un montant de 15,9 millions de dollars sur trois ans qui sera géré conjointement par le MAPAQ et le ministère des Régions. De cette somme, 9,8 millions seront consacrés à la réalisation de projets agroalimentaires, 3,9 millions à la modernisation d’abattoirs de proximité et 2,2 millions à la modernisation de la flotte de pêche du Québec maritime.

9,8 millions pour favoriser le développement de l’agroalimentaire en région
« Le gouvernement appuiera les entrepreneurs des régions-ressources dans la diversification de l’agriculture régionale et dans leurs efforts de transformation et de valorisation des produits agricoles. Cet appui permettra le développement de nouveaux produits de qualité à valeur ajoutée. Nous serons ainsi en mesure de soutenir d’une manière plus substantielle la concertation et la réalisation des projets agroalimentaires porteurs d’emplois », a affirmé M. Arseneau. Cet appui financier prendra la forme d’un soutien direct aux petites entreprises agricoles et agroalimentaires qui contribuent au développement des régions-ressources.

3,9 millions pour la modernisation d’abattoirs de proximité
Cette mesure viendra financer une partie des coûts de modernisation des bâtiments et l’ajout d’équipement ce qui permettra aux producteurs d’avoir accès à des abattoirs proches de leurs installations, favorisant ainsi le développement de produits de deuxième ou troisième transformation.

2,2 millions pour moderniser la flotte de pêche
Le ministre Arseneau se réjouit de cette autre annonce, qui visera à moderniser la flotte de pêche québécoise. Le gouvernement soutient ainsi les flottilles de pêche du Québec qui, fortement touchées par le moratoire sur le poisson de fond décrété par le gouvernement fédéral, avaient besoin d’une aide financière adaptée à leurs besoins.

Autres mesures accessibles au secteur bioalimentaire
Outre ces mesures de soutien direct, mentionnons l’application d’un congé fiscal pendant dix ans pour les PME manufacturières situées dans les régions-ressources du Québec. Cela signifie que les entreprises concernées ne paieront pas d’impôt sur le revenu, ni de taxe sur le capital, ni de taxe sur la masse salariale. Il s’agit concrètement d’une aide moyenne de 1 900 $ par employé. Le budget prévoit également un crédit d’impôt remboursable de 40 % sur les salaires des nouveaux salariés des entreprises de deuxième et troisième transformation dans les régions-ressources.

« Les mesures annoncées par le gouvernement du Québec dans le cadre du Discours sur le budget permettront à l’industrie bioalimentaire d’assumer pleinement son rôle de moteur économique, ce qui favorisera sans aucun doute la création d’emplois et le développement des régions », a conclu le ministre Arseneau.

Régions-ressources et MRC ciblées par les mesures budgétaires






































RÉGIONS RESSOURCES CIBLÉES


MRC DES AUTRES RÉGIONS CIBLÉES


Abitibi-Témiscamingue


– L’Amiante


– L’Islet


– Montmagny


– Les Etchemins


– Robert-Cliche


 


  • (Chaudière-Appalaches)


Bas-Saint-Laurent


– Asbestos


– Le Haut-Saint- François


  • (Estrie)


Côte-Nord


– Matawinie


– Montcalm


  • (Lanaudière)


Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine


– Antoine-Labelle


– Argenteuil


  • (Laurentides)


Mauricie


Beauharnois – Salaberry


– Le Bas-Richelieu


  • (Montérégie)


Saguenay – Lac-Saint-Jean


– La Vallée-de-la-Gatineau


– Papineau


– Pontiac


  • (Outaouais)


Nord-du-Québec


– Charlevoix


– Charlevoix-Est


  • (Québec)


 


– L’Érable


– Nicolet-Yamaska


  • (Centre-du-Québec)

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires