Cadre stratégique agricole : qu’attend Ottawa pour retirer ses oeillères ?

Ottawa (Ontario), 26 mars 2003 – « Les intervenants du secteur agricole ont été entendus par le Comité permanent de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire de la Chambre des communes qui en est lui-aussi venu à la conclusion qu’un délai supplémentaire est nécessaire avant de mettre en oeuvre les programmes de gestion du risque prévus au nouveau Cadre stratégique agricole fédéral. Seul le ministre fédéral de l’Agriculture n’a pas encore entendu raison », a déclaré le porte-parole par intérim du Bloc Québécois en matière d’Agriculture et Agroalimentaire et député de Bas-Richelieu?Nicolet?Bécancour, Louis Plamondon.

Dans une lettre envoyée au ministre Vanclief, le président du comité, le libéral Paul Steckle, écrit en effet qu’il est nécessaire « d’allouer plus de temps afin de s’assurer que les préoccupations des intervenants soient prises en considération » avant la mise en oeuvre des programmes.

Comme l’a souligné le député du Bloc Québécois, le président du comité précise en être venu, après consultations, à la conclusion que le nouveau programme, particulièrement son volet du Compte de stabilisation du revenu net (CSRN), est mal conçu et risque de provoquer à la fois la colère et la confusion chez les producteurs s’il est déployé dès ce printemps.

Selon le président du comité, un délai permettrait de raffiner la structure du Cadre en collaboration avec les producteurs et productrices agricoles et qu’en attendant des programmes intérimaires pourraient être en rigueur pour l’exercice 2003-2004.

« Autant l’Union des producteurs agricoles (UPA) que la Fédération canadienne de l’agriculture demandent depuis des mois le report de l’implantation du Cadre stratégique agricole. À quelques jours à peine de l’échéance du 31 mars 2003 fixée par le fédéral pour en venir à une entente, le Québec et l’Île-du-Prince-Édouard n’ont toujours pas adhéré au Cadre stratégique agricole, alors que les provinces signataires ne s’entendent toujours pas sur les modalités du programme. Maintenant, ce sont les membres du Comité permanent de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire qui réalisent que des pans entiers du cadre stratégique ne fonctionnent pas », a expliqué le député de Bas-Richelieu?Nicolet?Bécancour.

« Devant toutes ces voix qui demandent un délai, je me demande ce qu’attend le gouvernement fédéral pour enlever ses oeillères et admettre que le Bloc Québécois avait raison dès le début d’exiger un délai d’un an afin d’en arriver à un cadre stratégique agricole qui réponde véritablement aux besoins des producteurs et productrices agricoles », a conclu Louis Plamondon.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Bloc québécois
http://www.blocquebecois.org/

Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA)
http://www.agr.gc.ca/canadaentete/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires