Chute des intentions de semis de soya

Le maïs sera toutefois en forte hausse dans plusieurs régions, tout comme le blé

Les frictions commerciales ont fait sentir leurs effets sur les intentions de semis, telles que répertoriées par Statistique Canada. Autant les lentilles, le canola que le soya ont vu leurs superficies rétrécir pour la présente année, selon un sondage mené auprès des agriculteurs canadiens. Ce sont toutes des cultures aux prises avec des difficultés commerciales. Les superficies ont d’ailleurs trompé les analystes qui ont surestimé les intentions pour ces cultures particulières.

Si le soya, le canola et les lentilles diminuent, le blé, les pois secs et le maïs augmentent, tout comme la superficie ensemencée consacrée aux céréales, aux légumineuses et aux cultures spéciales.

Articles connexes

Il devrait ainsi se semer au Québec 845 700 acres de soya en 2019, ce qui représente une baisse de 7,6 % par rapport à l’année précédente et la plus petite superficie depuis 2013. En Ontario aussi, les intentions diminuent de 3,8% à 2,9 millions d’acres tandis qu’elles reculent pour une seconde année consécutive au Manitoba à 1,6 millions d’acres, une baisse de 319 000 acres. À l’échelle nationale, les agriculteurs canadiens s’attendent à ensemencer 5,6 millions d’acres de soya en 2019, en baisse de 10,7 % par rapport aux 6,3 millions d’acres ensemencés en 2018. Statistique Canada relie cette diminution dans l’Ouest à la sécheresse qui sévit depuis deux ans. Les prévisions des analystes étaient de 6,4 millions d’acres.

Le maïs-grain ressort, quant à lui, comme la culture chouchou dans l’Est. L’Ontario devrait en semer une superficie record de 2,2 millions d’acres en hausse de 3,3 % par rapport à 2018. La hausse au Québec est de 4,1% à 992 000 acres, ce qui se rapproche du record de 1 040 000 acres enregistré en 2013. Pour le Canada, la culture du maïs augmente de de 4,6 % par rapport à 2018 à 3,8 millions d’acres, soit un peu plus que les prévisions du marché à 3,7.

C’est toutefois le blé qui connait la plus forte hausse pour 2019. Il devrait se semer 25,7 millions d’acres de blé, répartis en 19,4 millions d’acres de blé de printemps (+12%) et 5 millions d’acres de blé dur, la plus petite superficie dans ce cas depuis 2010. Les augmentations pour le blé de printemps sont de 7,9% en Alberta et de 14,7% en Saskatchewan. Les semis de blé dans l’ensemble grimpent de 12,7% au Manitoba. Les estimations pour l’ensemble du pays étaient de 24,8 millions d’acres de blé. À 255 300, il s’agit de la plus importante superficie jamais semée en blé.

L’orge et l’avoine augmentent en 2019, avec une hausse de 10,2 % à 7,2 millions d’acres pour la première céréale et un gain de 7,8 % à 3,3 millions d’acres pour la seconde. Les deux céréales diminuent au Québec à respectivement 109 500 acres et 161 000 acres.

Deux autres cultures aux prises avec des différends commerciaux devraient voir leurs superficies reculer en 2019. Les superficies de canola devraient diminuer de 6,6 % à 21,3 millions d’acres, la plus faible superficie ensemencée de canola depuis 2016. Les lentilles diminuent de 9,6 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 3,4 millions d’acres. L’Inde impose des tarifs sur les lentilles canadiennes qui ont fait grimper les stocks, tandis que la Chine refuse l’entrée de canola canadien de la part de deux importants vendeurs.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires