Contribution importante de l’industrie bioalimentaire à l’enrichissement collectif

Québec (Québec), 3 février 2006 – Au cours de la période 2001-2004, le produit intérieur brut (PIB) de l’industrie bioalimentaire du Québec affiche une croissance annuelle moyenne de 2,1 %, passant de 13,4 à 14,3 milliards de dollars. Dans l’ensemble de l’économie, le rythme de croissance du PIB se situe à 2,5 %.

Parmi les secteurs qui composent la filière bioalimentaire, l’industrie des services de restauration et débits de boisson (+ 391,6 millions de dollars), le commerce de détail des aliments et boissons (+ 291,7 millions) et la fabrication des aliments (+ 213,8 millions) génèrent les gains les plus importants. En contrepartie, les secteurs de la fabrication de boissons et de tabac (- 86,6 millions de dollars) et des cultures et de l’élevage (+ 28,4 millions) atténuent la progression de l’ensemble de l’industrie. C’est ce que révèle la publication conjointe du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec et de l’Institut de la statistique du Québec intitulée Profil sectoriel de l’industrie bioalimentaire au Québec, édition 2005.

Investissement dans le bioalimentaire : un dollar sur trois en agriculture
D’autres aspects particulièrement positifs contribuent à l’essor du secteur bioalimentaire. C’est le cas des immobilisations, qui atteignent en moyenne 2,2 milliards de dollars entre 2001 et 2004, soit 5,1 % de l’investissement global dans l’économie québécoise. De ces investissements, le tiers est injecté dans l’agriculture (725,7 millions de dollars), suivie du commerce de détail (496,3 millions) et des aliments et boissons (480,8 millions). Au cours de cette période, la plus forte croissance des investissements touche les services de restauration et débits de boisson (+ 28,9 %) ainsi que le commerce de gros (+ 13,7 %).

L’emploi : apport notable du bioalimentaire
Sur l’horizon 2001-2004, l’industrie bioalimentaire procure de l’emploi à 433 900 personnes. Cet apport représente plus de 12 % des 3 579 800 emplois de l’ensemble de l’économie. C’est le sous-secteur de la restauration qui en détient le plus grand nombre (160 300 emplois). Dans l’ordre suivent les sous-secteurs de la distribution (142 000 emplois), de la transformation des aliments, boissons et tabac (73 300) et de l’agriculture et des pêches (58 300). Par ailleurs, l’emploi de l’industrie bioalimentaire progresse à un rythme annuel de 1,3 % au cours de la période 2001-2004, tandis que la hausse est de 2,3 % dans l’ensemble de l’économie.

Demande intérieure soutenue
Le Québec connaît une croissance soutenue de la demande intérieure de produits alimentaires. En effet, au cours de la période 2001-2004, les recettes du secteur de la restauration croissent à un rythme annuel de 4,2 % et atteignent 7,6 milliards de dollars en 2004. La demande est également soutenue quant aux ventes au détail, qui enregistrent une hausse annuelle de 3,3 % et atteignent un chiffre d’affaires de 16,2 milliards de dollars en 2004.

Diversification des échanges internationaux
En 2004, le Québec écoule sur les marchés internationaux des produits agricoles et alimentaires d’une valeur de 3,8 milliards de dollars, soit une progression annuelle de 4,4 % au cours de la période 2001-2004. Par ailleurs, ses importations augmentent de 4,5 % et s’établissent à 3,3 milliards de dollars en 2004. Le solde commercial du secteur affiche ainsi un excédent de 472,0 millions de dollars.

Le Québec accroît la part de ses échanges commerciaux hors des États-Unis et du Mexique. En effet, la part relative du commerce de produits bioalimentaires avec l’Union européenne, le Japon et les autres pays du monde progresse en matière d’exportations (de 24,5 % à 31,1 %) et d’importations (de 67,4 % à 76,9 %).

Les exportations sont particulièrement élevées en ce qui regarde les viandes fraîches ou réfrigérées (1,24 milliard de dollars), le cacao, le café et le thé (429,5 millions) et les préparations alimentaires diverses (362,1 millions). Ces trois groupes de produits représentent plus de la moitié (52 %) de la valeur des exportations bioalimentaires du Québec. Par ailleurs, les groupes de produits qui se démarquent en matière d’importation sont les boissons (649,5 millions de dollars), les fruits et les noix (551,1 millions) et le cacao, le café et le thé (455,9 millions).

Données sur Internet
Des données sont consultables sur le site Web de l’Institut de la statistique du Québec.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Institut de la statistique du Québec
http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/agricult/index.htm

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires