Croissance supérieure de la production en agriculture en 2003–2004

Montréal (Québec), 26 février 2003 – Au cours des deux prochaines années, le secteur des services pétroliers et gaziers sera le chef de file de la croissance économique, tandis qu’un moteur traditionnel de l’économie, le secteur de l’automobile, sera en queue de peloton, selon une nouvelle étudepubliée par BMO Groupe financier. Le rapport sur les perspectives sectoriellesprévoit les taux de croissance de 46 secteurs d’activité au cours de lapériode de 2003 à 2007 et présente les raisons pour lesquelles certainssecteurs connaîtront une expansion de plus de 11 % au cours des quelquesannées à venir tandis que d’autres accuseront un recul.

« Bien que nous estimions que l’économie continuera de connaître lacroissance en 2003 et 2004, nombre des secteurs à croissance normalementélevée tels que les pièces d’automobiles et la fabrication de véhiculescommenceront à chanceler », a déclaré Tim O’Neill, vice–président à ladirection et économiste en chef, BMO Groupe financier. « Ces dernières années,les ventes de véhicules neufs ont nettement dépassé leurs niveaux normaux dedemande alors que les incitations des fabricants et les faibles taux d’intérêtont contribué à hâter les achats futurs. Par conséquent, nous prévoyons queles ventes d’automobiles en Amérique du Nord accuseront cette année un reculd’environ 6 % et ne retourneront pas aux niveaux tendanciels avant le milieude la décennie. »

Bien que le rapport sectoriel de BMO soit généralement optimiste au sujetdes tendances futures, il fait également état des risques de baisse danscertains secteurs découlant d’une intervention militaire à court terme enIrak. « Une intervention militaire dans laquelle les Etats–Unis joueraient unrôle de premier plan accroîtrait les craintes de représailles terroristes etd’autres risques de sécurité, minant ainsi la confiance des entreprises et desconsommateurs du plus important marché étranger du Canada, a déclaré M.O’Neill. Le transport aérien, la fabrication d’avions civils et, de façon pluslarge, le tourisme seraient les secteurs les plus vulnérables à une telleévolution. »

Les perspectives à court terme de croissance de la production du secteurde l’énergie devraient varier fortement d’un sous–secteur à l’autre. Selon lerapport de BMO, le secteur qui connaîtra la plus forte croissance d’ici 2004sera celui des services pétroliers et gaziers, avec une expansion annuelleprévue de 11,4 %. L’activité de forage et d’exploration a commencé lentement àaugmenter au Canada en réaction à la hausse des prix de l’énergie et à laprévision de prix élevés dans l’avenir, particulièrement pour le gaz naturel.De plus, l’exploration et la mise en valeur des sables bitumineux de l’Albertacroissent rapidement, exigeant une intervention importante des sociétésindépendantes de services.

Le taux de croissance des services pétroliers et gaziers contrasteravivement avec celui de l’extraction pétrolière et gazière, qui devraitconnaître au cours des deux prochaines années une hausse plus modeste de1,8 %.

« Récemment, les producteurs se sont montrés prudents en prévoyant quel’augmentation de la production de l’OPEP et de la production de pétrole bruten Russie entraînerait une chute des cours, a déclaré M. O’Neill. En outre,l’Alberta connaît une chute de production du pétrole léger classique en raisonde la baisse des ressources du bassin sédimentaire de l’Ouest canadien. Lesproducteurs de gaz naturel auront beaucoup de difficulté à accroître leurproduction au cours des deux années à venir en raison du peu de forageeffectué en réaction aux prix élevés et aux baisses rapides de la productionaux puits existants. »

Le secteur des services professionnels et techniques, qui comprend lesservices juridiques, de comptabilité, d’ingénierie, de consultation engestion, d’informatique et de réseautage logiciel est également sur le pointde connaître une croissance majeure. « En 2002, la croissance de la productionglobale de ces services a ralenti pour s’établir à environ 2,5 %, mais nousprévoyons que la croissance atteindra une vigoureuse moyenne de 6,6 % au coursdes deux prochaines années », a déclaré M. O’Neill. Bien que ce niveau decroissance soit encore inférieur à celui de la glorieuse époque de 1998 à2001, alors que la croissance annuelle s’établissait en moyenne à 10 %,l’impact de ce secteur est de plus en plus grand, étant donné que le niveau deson PIB réel a atteint un niveau plus de 50 % supérieur à celui de l’ensembledes secteurs de matériel de transport (véhicules automobiles et pièces,aérospatial, transport ferroviaire et construction navale).

Le rapport prévoit que le secteur de la construction, qui a connu unecroissance annuelle de près de 4,3 % au cours des quatre dernières années,ralentira pour connaître une croissance annuelle de 3,1 % au cours des deuxprochaines années. Dans le volet résidentiel – qui représente 28 % de laconstruction – les mises en chantier devraient glisser d’un niveauexceptionnel de 204 000 logements en 2002 à 190 000 en 2003 et à 175 000 en2004. Toutefois, le marché de la rénovation, qui représente 15 % du secteur,devrait continuer d’afficher d’excellents résultats alors que les maisonsconstruites durant le boom de la fin des années 1980 atteindront leur périodede réparation et de rénovation.

Un autre secteur qui ne connaîtra vraisemblablement qu’une croissancemodérée de sa production est celui des services de détail. Les économistes deBMO prévoient que la production réelle de ce secteur ralentira cette annéepour s’établir à 3,2 % comparativement à un vigoureux taux de 4,9 % en 2002.

Le ralentissement du rythme des marchés de détail traduira en grandepartie la chute des ventes d’automobiles, qui représentent plus du quart dusecteur, a déclaré M. O’Neill. Une croissance prévue du revenu disponiblelégèrement plus vigoureuse devrait au moins maintenir le rythme dans dessegments comme les magasins d’articles d’usage courant, les grands magasins,les magasins de vêtements et les supermarchés. Les articles liés àl’habitation comme les meubles et les électroménagers devraient aussi obtenirde bons résultats, stimulés par l’important bond de la construction et de larevente de logements en 2002 et la vigueur soutenue, bien que légèrementatténuée, des marchés résidentiels en 2003 et 2004.

    <<    ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––         Croissance prévue de la production par secteur : 2003–2004              Pourcentage annuel moyen de variation du PIB réel    –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––    Croissance supérieure        Croissance moyenne      Faible croissance       4,5 % et plus                 2,7 à 4,4 %            Moins de 2,7 %    –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––    Services pétroliers        Transport et            Administration     et gaziers        11,4     entreposage     4,4     publique          2,2    Serv. de communic.         Fabrication –           Extraction     et d'inform.       7,5      divers         4,2     pétrolière                                                        et gazière        1,8    Agriculture         6,7    Equip. et               Imprimerie        1,8                               appareils                               électriques    4,1    Commerce de gros    6,6    Hébergement et          Services                               restauration   4,0       d'enseignement   1,6    Services                                           Textiles,     professionnels            Services                 vêtements     et techn.          6,6      publics       3,9       et cuir         1,3    Services culturels  6,3    Finances et             Autre matériel                                assurances     3,9      de transport     1,0    Machines non               Immobilier     électriques        6,2     et location    3,6     Bois             –0,3    Serv. admin. et     gestion                   Produits                Exploitation     des déchets        6,2     chimiques      3,6      forestière      –1,0    Plastique           5,1    Commerce                Produits                                de détail      3,6      aérospatiaux    –1,4    Meubles             4,9    Pipelines       3,5     Pêche, chasse                                                        et piégeage     –1,6    Métaux ouvrés       4,7    Produits                                électroniques  3,5     Caoutchouc       –2,2    Art,     divertissement            Santé et     et loisirs         4,5    aide sociale    3,4     Tabac            –3,2                                                       Pièces                               Services                 de véhicules                                personnels     3,4      automobiles     –5,0                               Papier          3,4     Véhicules                                                        automobiles     –5,8                               Produits                                minéraux non                                métalliques    3,2                               Construction    3,1                               Métaux de                                première                                fusion         3,1                               Aliments et                                boissons       3,0                               Extraction de                                minéraux       2,9                               Prod. raffinés                                – pétrole et                                charbon         2,9    –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––    >>

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque de Montréal
http://www.bmo.com/francais/index.html

Commentaires