Déclaration de Andy Mitchell au sujet du cas d’ESB chez une vache aux États-Unis

Ottawa (Ontario), 24 juin 2005 – Malgré la confirmation aujourd’hui d’un cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) chez une vache aux États-Unis, le Canada est convaincu que les mesures pour assurer la salubrité des aliments et protéger la santé des animaux mises en place par l’administration américaine afin de gérer efficacement la maladie sont conformes aux normes scientifiques internationales qui offrent une protection aux consommateurs et au bétail.

Le Canada et les États-Unis soutiennent depuis longtemps qu’il est probable qu’un faible nombre d’autres cas d’ESB soit détecté en Amérique du Nord. Néanmoins, ces cas seraient représentatifs d’une incidence faible et déclinante de la maladie et ne représenteraient aucun risque accru pour la salubrité des aliments ni la santé animale en raison de la série de mesures déjà appliquées dans les deux pays.

Nos pays collaborent étroitement à l’adoption de mesures complémentaires et parallèles de vaste portée visant à protéger la salubrité des aliments et la santé des animaux contre l’ESB. Les deux pays ont des régimes d’inspection des viandes qui atténuent les risques d’ESB, y compris l’exigence que les matériels à risque spécifiés (MRS) soient retirés de tous les animaux abattus en vue de l’alimentation humaine. Le retrait des MRS est reconnu à l’échelle internationale comme étant la manière la plus efficace de protéger la santé publique.

Depuis 1997, les mesures canadiennes et américaines de contrôle des aliments du bétail, qui sont équivalentes et conformes aux normes internationales, ont limité la propagation de l’ESB et nous prévoyons qu’elles permettront d’éradiquer la maladie.

Nous ne jugeons pas utile d’instaurer de nouvelles restrictions d’importation, en raison des mesures de contrôle que le Canada et les États-Unis on déjà adoptées, qui sont conformes aux règles internationales fondées sur la science.

L’Office international des épizooties (OIE) a récemment annoncé de nouvelles lignes directrices en ce qui concerne l’ESB. Ces dernières reflètent les données scientifiques les plus récentes sur cette maladie qui sont reconnues à l’échelle mondiale. Le Canada est d’avis que les normes scientifiques servent à encourager la déclaration de la maladie ainsi que la reconnaissance de l’efficacité des mesures d’atténuation appliquées par les pays, et constituent l’assise d’échanges commerciaux sans risque.

Nous maintiendrons la communication avec nos homologues du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) et adopterons les mesures nécessaires pour protéger la salubrité des aliments et la santé animale à mesure que nous obtiendrons de l’information et leur offrirons le soutien technique dont ils pourraient avoir besoin en matière de gestion des risques d’ESB en Amérique du Nord.

Par ailleurs, le Canada ne cessera d’exercer des pressions en raison des affaires judiciaires prochaines associées à l’ESB dans l’optique du recouvrement de l’accès au marché américain pour les animaux sur pied, les animaux de reproduction et d’autres produits de ruminants.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Office international des épizooties (OIE)
http://www.oie.int/

Commentaires