Déclaration du Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire sur le budget fédéral

Ottawa (Ontario), le 29 février 2000 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a tenu une conférence téléphonique avec les journalistes le 28 février afin de discuter du Budget fédéral. Voici sa déclaration d’ouverture.







En dépit de toutes les mesures actuelles de soutien du revenu agricole, le gouvernement est conscient qu’il devra peut-être faire davantage.


Le Budget est certainement un budget que nous, en tant que gouvernement, croyons équilibré. Il se dirige dans la bonne voie, toutefois il indique clairement que nous pouvons faire plus et que nous ferons plus. Ce budget permet aux Canadiens de bénéficier de cette saine gestion financière qui continue d’être le point fort de notre gouvernement.

J’aimerais simplement vous faire remarquer, tel qu’indiqué dans le Budget, que les dépenses au cours de la prochaine année seront de 4 milliards de dollars de moins que la dernière année du précédent gouvernement, lorsque Brian Mulroney était au pouvoir. Mais, malgré de telles compressions budgétaires, nous sommes en mesure de faire un certain nombre d’investissements tout en offrant aux contribuables canadiens la possibilité de réaliser certaines économies.

Depuis que nous avons équilibré le Budget, les deux tiers des nouvelles dépenses s’inscrivent dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’accès à la connaissance et à la compétence ainsi que dans le domaine de l’innovation.

Le budget d’aujourd’hui consacre également 2,5 milliards de dollars aux soins de santé et à l’éducation, une réduction fiscale échelonnée sur cinq ans, l’attribution de fonds ciblés pour la recherche et le développement ainsi que l’accroissement de l’aide pour les enfants et l’environnement. Et comme le ministre des Finances l’a déclaré, de façon très claire, le budget offre aux Canadiens un allégement fiscal cumulatif d’au moins 58 milliards de dollars sur les cinq prochaines années. Cette mesure s’ajoute à l’allégement fiscal de 16 milliards de dollars qui avait déjà été accordé par le gouvernement fédéral.

L’impôt sur le revenu des particuliers est réduit en moyenne de 15 pour cent et pour un grand nombre de personnes la réduction est supérieure à 15 pour cent.

Le budget prévoit une hausse de 2,5 milliards de dollars par année de la prestation fiscale pour enfants et comprend aussi d’autres initiatives qui aideront les familles agricoles.

Le budget de l’an 2000 attribue plus de 4 milliards de dollars à la recherche et à l’innovation, aux nouvelles technologies environnementales et au renforcement de l’infrastructure.

Le budget attribue environ 700 millions de dollars au développement de technologies environnementales et à l’amélioration des pratiques environnementales telles que la stratégie de lutte contre le changement climatique, la stratégie sur les espèces menacées au Canada et le contrôle de la pollution des Grands Lacs, ce dernier étant un nouvel exemple.

Il attribue considérablement de ressources à l’amélioration de la qualité et de la salubrité de notre système alimentaire, renforçant ainsi notre engagement récent à l’égard de la viabilité du secteur agricole et agroalimentaire ainsi qu’à l’égard du tissu social et économique de nos collectivités rurales.

Le gouvernement s’engage davantage à réglementer les produits et les processus biotechnologiques pour faire en sorte que ces nouvelles technologies soient, non seulement bénéfiques pour la santé et la sécurité, mais respectueuses de l’environnement.

Cet investissement permettra à l’Agence canadienne d’inspection des aliments d’être au diapason avec les nouveaux produits issus de la biotechnologie et de continuer à s’assurer que ces produits soient sains pour les humains, les animaux et l’environnement.

Ce budget réaffirme l’engagement du gouvernement à l’égard de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Ce budget va dans le sens de l’engagement du gouvernement et de l’intérêt qu’il porte aux agriculteurs du Canada qui traversent des temps difficiles. En janvier dernier, avant le dépôt du Budget fédéral, le gouvernement avait déjà annoncé une aide agricole de

500 millions de dollars annuellement pour les années 2000 et 2001

La semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il accordait une aide additionnelle de 240 millions de dollars pour venir en aide aux provinces du Manitoba et de la Saskatchewan. Depuis 1998, nous avons annoncé l’injection de 2,3 milliards de dollars à titre de nouveaux fonds pour raffermir la viabilité de notre économie agricole. De plus, nous consacrons quelque 600 millions de dollars annuellement à des programmes de protection du revenu, tels que l’assurance-récolte et le compte de stabilisation du revenu net, pour venir en aide aux producteurs.

En dépit de toutes les mesures actuelles de soutien du revenu agricole, le gouvernement est conscient qu’il devra peut-être faire davantage. Agriculture et Agroalimentaire Canada prévoit qu’à long terme les prix du grain et des oléagineux retourneront à des niveaux normaux. Je vais vous lire une citation intégrale du Budget. « Si les prix du grain et le revenu agricole ne s’améliorent pas d’ici 2002, il faudra penser à augmenter la contribution financière pour 2002, pourvu qu’un accord global ait été conclu avec les provinces sur l’aide fédérale-provinciale aux agriculteurs. » Fin de la citation.

Le Budget alloue une somme considérable à la promotion de technologies et de pratiques écologiques. Cet argent favorisera le développement intégré en permettant d’investir dans la science et les technologies qui permettent d’améliorer nos connaissances des conséquences de l’action humaine sur l’environnement et ainsi mieux utiliser les technologies qui réduisent ces conséquences.

Le Budget renforce notre engagement à l’égard de la stratégie nationale de protection des espèces menacées, qui comprend la sauvegarde et la récupération bénévoles d’espèces menacées et le versement d’une compensation équitable aux agriculteurs qui subissent des pertes de revenu lorsqu’ils s’emploient à protéger les espèces menacées et leur habitat. Le Budget prévoit aussi une réduction de l’impôt sur les gains en capital pour les terrains qui sont transférés à des fins de conservation. L’extension et l’élargissement du Fonds de lutte contre le changement climatique sont des mesures importantes pour notre secteur. Ce fonds sert à la recherche et au développement technologique pour la réduction des émissions des gaz à effet de serre et l’adaptation du secteur.

Nous avons écouté les Canadiens des collectivités rurales et éloignées, qui nous ont dit qu’ils avaient de plus en plus de difficulté à obtenir les services que nous tenons tous pour acquis dans d’autres régions du Canada, comme les soins de santé, les possibilités d’emploi, l’éducation et le transport. Le gouvernement a affecté des sommes considérables à l’infrastructure et la construction de routes pour le transport du grain constitue un exemple concret quant à l’utilisation potentielle d’une partie de ces fonds, et cela s’appliquerait au cours des prochaines années. Pour les deux prochaines années, l’annonce d’aujourd’hui prévoit des provisions de 450 millions de dollars et, pour chacune des quatre années suivantes, une somme additionnelle de 550 millions de dollars annuellement.

Enfin, dans le budget présenté aujourd’hui, il y a une augmentation des fonds pour les Sociétés d’aide au développement des collectivités et, à l’intérieur de cette mesure, quelque 54 millions de dollars seront alloués au cours des trois prochaines années.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires