Deere & Company réalise un accroissement de 27 % de son bénéfice au deuxième trimestre

Illinois (États-Unis), 17 mai 2005 – Deere & Company a déclaré un bénéfice net mondial de 604,0 M$, soit 2,43 $ par action, pour le deuxième trimestre terminé le 30 avril, contre un bénéfice net de 477,3 M$, soit 1,88 $ par action, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour le premier semestre, le bénéfice net a atteint lemontant sans précédent de 826,8 M$, soit 3,31 $ par action, contre 648,1 M$,ou 2,56 $ par action, à l’exercice précédent.

Le chiffre d’affaires et les produits nets mondiaux ont grimpé de 13 %, à6,621 G$, pour le deuxième trimestre, et ont augmenté de 15 %, à 10,748 G$,pour le premier semestre. Le chiffre d’affaires net des activités liées àl’équipement a totalisé 6,019 G$ pour le trimestre et 9,546 G$ pour lesemestre, contre 5,296 G$ et 8,208 G$ pour les périodes correspondantes del’exercice précédent.

Une forte réaction des consommateurs pour les produits de John Deere etle maintien de la priorité sur l’efficacité de l’exploitation contribuent aurendement de la société. « De plus en plus de clients dans le monde apprécientla qualité et la valeur de nos produits et services de pointe », a indiquéRobert W. Lane, président du conseil et chef de la direction. « Parallèlement,nos efforts pour maintenir nos coûts d’opération et nos niveaux d’actif nouspermettent d’obtenir des résultats financiers sans précédent. »

Sommaire des activités
Les ventes d’équipement de la société aux Etats-Unis et au Canada ontbondi de 13 % pour le trimestre et de 15 % pour le semestre. A l’extérieur desEtats-Unis et du Canada, les ventes ont progressé de 11 % et de 13 %respectivement, exclusion faite de l’effet de conversion des devises, ainsique de 16 % et de 19 % sur une base déclarée.

Les divisions d’équipement de la société ont dégagé un bénéficed’exploitation de 856 M$ pour le trimestre et de 1,118 G$ pour le semestre,comparativement à 726 M$ et à 924 M$ à l’exercice précédent. Cesaugmentations, qui s’expliquent avant tout par l’accroissement des prixréalisés, des expéditions, des volumes de production et par la baisse descoûts liés aux avantages postérieurs au départ à la retraite, ont été enpartie neutralisées par la hausse des coûts des matières premières, et ce,pour les deux périodes.

Les projets de gestion d’actif de Deere continuent de donner un rendementpositif. Les créances clients et les stocks à la fin du trimestre ont atteint7,280 G$, soit 38 % du chiffre d’affaires de l’exercice précédent,comparativement à 6,113 G$, ou 40 % du chiffre d’affaires enregistré àl’exercice antérieur.

Les activités liées aux services financiers ont inscrit un bénéfice netde 74,5 M$ pour le trimestre et de 162,5 M$ pour le semestre, contre 62,5 M$et 142 M$ à l’exercice précédent. Cette augmentation est principalementimputable à la croissance du portefeuille de prêts, ce qui reflète une fortedemande pour les produits de John Deere, ainsi qu’à une baisse de la provisionpour perte sur créances, en partie neutralisée par des écarts de financementmoins larges. L’année dernière, les activités de crédit de Deere ont tiréparti d’un bénéfice dégagé par la vente d’obligations au détail au cours dutrimestre et du premier semestre. Les résultats des activités liées auxservices financiers comprennent également l’amélioration de la marge desouscription aux soins de santé pour les deux périodes.

Perspectives
Le bénéfice net de la société devrait se situer entre 1,55 G$ et 1,6 G$pour 2005, et entre 450 M$ et 475 M$ au troisième trimestre. A l’exclusion del’effet de conversion des devises, le chiffre d’affaires tiré de l’équipementdevrait enregistrer une croissance de 9 à 11 % pour l’ensemble de l’exercice2005, et de 13 à 15 % pour le troisième trimestre. L’effet de conversion desdevises devrait majorer le chiffre d’affaires d’environ deux points depourcentage pour ces deux périodes. Les niveaux de production devraientdiminuer dans une proportion de 7 à 9 % au cours du deuxième semestre del’exercice, et la majeure partie de cette diminution devrait se produire auquatrième trimestre. Les taux de production moins élevés prévus devraientfaire baisser les créances clients et les niveaux de stock à la clôture del’exercice alors que les usines de la société se préparent pour l’introductionde nouveaux produits en 2006. La production au deuxième semestre de l’exerciceétait exceptionnellement élevée en raison d’une forte demande sur le marché dudétail liée en partie à la fin des incitatifs fiscaux.

« Nos efforts pour bâtir et faire croître une grande entrepriseprogressent comme prévu et poussent notre rendement financier et notreperformance d’exploitation vers de nouveaux sommets », a indiqué Robert W.Lane. « Nous offrons également de la valeur aux investisseurs sous la forme dedividendes plus élevés et de rachats d’actions. Par suite de ces initiatives,nous sommes convaincus que la société est bien placée pour continuer d’obtenirdes résultats financiers exceptionnels et un bon rendement à long terme pourles investisseurs. »

Rendement de la division équipement
Equipement agricole. Le chiffre d’affaires de la division s’est accru de 17 % pour le trimestre et de 20 % pour le semestre, des hausses qui découlent avant tout de l’augmentation des livraisons, mettant en évidence une forte demande sur le marché du détail, ainsi que d’une amélioration des prix réalisés et de l’effet de conversion des devises. Le bénéfice d’exploitation a été de 488 M$ pour le trimestre et de 651 M$ pour le semestre, par rapport à 430 M$ et à 516 M$ à l’exercice précédent. La croissance du bénéfice d’exploitation est principalement attribuable à la progression du chiffre d’affaires à l’échelle mondiale, à la rentabilité découlant de volumes de production plus élevés, ainsi qu’à la baisse des coûts liés aux avantages postérieurs au départ à la retraite. L’amélioration des prix réalisés a largement neutralisé l’augmentation des coûts des matières premières pour le trimestre et largement neutralisé l’augmentation subie depuis le début de l’exercice.

Equipement commercial et résidentiel. Le chiffre d’affaires a connu une baisse de 6 % pour le trimestre et de 7 % pour le semestre, ce qui reflète l’incidence du temps froid et pluvieux pour la saison sur la vente d’équipement de tondeuses à siège pendant une importante période de vente. Le bénéfice d’exploitation s’est chiffré à 135 M$ pour le trimestre et à 133 M$ pour le semestre, par rapport à 152 M$ et à 171 M$ à l’exercice précédent. L’amélioration des prix réalisés a eu une incidence positive sur le trimestre et sur le semestre, puisqu’elle a compensé la hausse des coûts des matières premières.

Construction et foresterie. Le chiffre d’affaires de la division a grimpé de 28 % pour le trimestre et de 30 % pour le semestre grâce à une activité florissante sur le marché du détail. Le bénéfice d’exploitation a progressé et se chiffre à 233 M$ pour le trimestre et à 334 M$ en cumul annuel, contre 144 M$ et 237 M$ à l’exercice antérieur. Les hausses du bénéfice d’exploitation sont principalement attribuables à la hausse du chiffre d’affaires et de la rentabilité découlant de volumes de production plus élevés. L’amélioration des prix réalisés a neutralisé l’augmentation des coûts des matières premières pour les deux périodes. Le bénéfice d’exploitation semestriel à l’exercice précédent comprenait un gain avant impôt de 30 M$ pour la vente d’une société de location d’équipement.

Conjoncture et perspectives du marché : activités liées à l’équipement
Equipement agricole. Aux Etats-Unis, le secteur de l’agriculture devrait rester solide pour le reste de 2005, en raison de rentrées de fonds plus élevées, notamment des subventions gouvernementales plus généreuses et des bilans plus solides pour les agriculteurs. Les rentrées de fonds devraient être à peu près semblables aux résultats records inscrits en 2004; par contre, les niveaux d’endettement des exploitations agricoles demeure stable et les terrains ne cessent de prendre de la valeur. Compte tenu de cette conjoncture, Deere prévoit désormais que les ventes au détail de l’industrie augmenteront de l’ordre de 5 à 10 % aux Etats-Unis et au Canada pour l’exercice 2005, par rapport à la croissance enregistrée pour l’exercice précédent.

Pour ce qui est des autres parties du monde, les ventes au détail del’industrie devraient, en Europe de l’Ouest, diminuer de 5 % par rapport àcelles de l’exercice antérieur. Les exploitants agricoles de la régiondevraient enregistrer des produits élevés cette année; toutefois, le temps seca nui aux ventes d’équipement en Espagne et au Portugal. En Amérique du Sud,les ventes de l’industrie devraient régresser de 40 %, surtout à cause de laconjoncture au Brésil, en raison notamment de la dépréciation du dollaraméricain, de la baisse des produits de base et de l’augmentation des coûtsdes facteurs de production. En outre, la sécheresse a eu une incidencenégative sur la production brésilienne de soja.

Compte tenu de ces éléments et de la conjoncture du marché, le chiffred’affaires mondial dégagé par la division de l’équipement agricole John Deeredevrait connaître un accroissement de l’ordre de 9 à 11 % pour l’exercice,exception faite de l’effet de conversion des devises. L’effet de conversiondes devises devrait majorer le chiffre d’affaires généré par la division del’équipement agricole de la société d’environ trois points de pourcentage pourl’exercice 2005.

Equipement commercial et résidentiel. Le chiffre d’affaires tiré de l’équipement commercial et résidentiel de John Deere devrait soit être stable, soit connaître une augmentation de 3 % pour l’exercice. Un plus grand nombre d’envois de produits commerciaux devrait compenser la faiblesse au niveau de l’équipement de tondeuses à siège, où les ventes connaissent des débuts lents à cause du froid et de la pluie. Le chiffre d’affaires tiré de l’équipement commercial profite de la sortie de nombreux nouveaux produits depuis quelques années.

Construction et foresterie. Le marché de l’équipement de construction poursuit sa croissance grâce à une conjoncture économique américaine favorable et à davantage de dépenses sur les projets de construction. Ces facteurs devraient continue de pousser le renouvellement des flottes par les entrepreneurs et les sociétés de location. Quand aux marchés de la foresterie aux Etats-Unis et au Canada, ils ont connu une croissance modeste depuis quelques mois. Cependant, la demande ailleurs dans le monde continue de croître. Dans ce contexte, la hausse du chiffre d’affaires des divisions de la construction et de la foresterie de Deere devrait se situer entre 18 et 20 % pour l’exercice 2005.

Services financiers. Pour l’ensemble de l’exercice 2005, le bénéfice net devrait avoisiner les 315 M$, qui reflète un rendement élevé des opérations de crédit de la société et une amélioration des résultats des soins de santé.

John Deere Capital Corporation
Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale decrédit de la société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément auxexigences de présentation applicables à l’émission périodique de titresd’emprunt sur le marché public.

Le bénéfice net de JDCC s’est chiffré à 61,5 M$ pour le trimestre et à129,7 M$ depuis le début de l’exercice, comparativement à un bénéfice net de67,4 M$ et de 136,7 M$ pour l’exercice antérieur. Les résultats de l’andernier ont bénéficié de gains sur la vente de billets au détail au cours dutrimestre et du semestre, alors que les résultats du premier trimestre et dupremier semestre de 2005 ont bénéficié d’une croissance du portefeuille uneprovision plus faible pour pertes de credit, compensée en partie par desécarts de financement moins larges.

Le montant net des comptes clients et des contrats de location financéspar JDCC s’est établi à15,260 G$ au 30 avril 2005, comparativement à 12,339 G$il y a un an. Les montants nets des comptes clients et des contrats delocation gérés, y compris les comptes clients précédemment vendus, onttotalisé 17,400 G$ au 30 avril 2005, comparativement à 15,448 G$ il y a un an.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

John Deere
http://www.deere.com/

Commentaires